Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 
Brainstorming
Mise en ligne : Avril 2013

Brainstorming : portrait de l’animateur idéal en 8 points-clés

Sommaire
Les 5 rôles de l’animateur
Les 3 rôles à éviter
Les 3 règles d’or
La technique de la baguette magique

Quels sont les rôles à éviter ?

L'animateur est responsable du déroulement du brainstorming. Il est chargé de trouver les bons exercices qui permettront aux participants d'inventer des idées percutantes et innovantes, Il est donc coresponsable du contenu avec les participants.
En revanche, le jour du brainstorming, trois archétypes de posture d'animation sont à éviter absolument. Peut-être avez-vous déjà buté sur ces déviances ?

1. L’animateur participant

Il donne SES idées à tout bout de champ. Il interrompt les participants, monopolise la parole. Il est à la fois juge et partie, l'animateur adéquat n'est pas là pour inventer lui même des idées, il est le catalyseur ou encore l'accoucheur des idées, et non leur géniteur.
Si, par hasard, une idée géniale vous vient lors d'un brainstorming que vous animez, partagez-la avec le groupe, mais faites-le avec parcimonie et sous la forme d'une question : « Que penseriez-vous de la piste ... ? » Trop souvent, les animateurs débutants ont tendance à confondre les rôles et à s'investir dans les idées.

2. L’animateur expert

Il connaît le sujet sur le bout des doigts (non, ce n'est pas toujours un atout !). Il répond de façon catégorique à toutes les questions techniques que se posent les participants ; il oriente de façon dirigiste les débats et affiche assez vite un masque de stress. Une inscription semble marquée au fer rouge sur son visage : « là, on n'y est pas du tout, les gars ! ».
Idéalement, l'animateur doit avoir un certain recul par rapport au sujet. S'il est lui même prisonnier du cadre habituel de pensée, il aura du mal à en faire sortir les autres. C'est pourquoi nous vous recommandions en introduction de contacter un animateur professionnel, extérieur à votre entreprise, pour des enjeux importants. Une autre possibilité consiste à bien séparer les rôles : invitez à votre brainstorming un « expert » du sujet et appuyez-vous sur lui pour répondre aux questions trop techniques.

3. L’animateur-chef

Il est directeur d’une équipe et anime le brainstorming avec ses propres collaborateurs. Il a tendance à faire des injonctions péremptoires et paradoxales : « Allez, les gars, soyez créatifs, maintenant » ; « Il me faut cinq idées qui cartonnent à la fin de ces trois heures »…
Évitez, dans la mesure du possible, toute situation hiérarchique : il sera difficile pour les participants de soumettre leurs idées en toute liberté quand, la veille, l'animateur-chef se sera opposé à l'une de leur proposition dans une autre réunion.


Revenez aux fondamentaux pour réussir.

Page précédente Page suivante
Retour à Animer et développer un réseau Haut de page
 




Bons plans



Annuaire des réseaux