Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

En créant un réseau, des vanniers sauvent leur filière d’une mort annoncée

En 1998, la quinzaine de vanniers encore en activité à Fayl-Billot (Haute Marne), fief de la vannerie française, voit son avenir bien compromis. La demande se raréfie, la concurrence étrangère est rude et les vanniers sont très dépendants des coopératives et grossistes du secteur. Pourtant des niches commerciales existent. C’est en créant un réseau à têtes multiples que les artisans vont sauver leur filière. Récit d’une renaissance concertée.


Maison de la vannerie

Maison de la vannerie

Le Comité de Développement et de Promotion de la Vannerie en bref :

Date de création : 1998
Nombre d’artisans adhérents : 33
Membres de droit :
  - École de Vannerie de Fayl-Billot
  - Conseil Régional
  - Communautés de communes de Fayl-Billot
  - Office de tourisme
  - Chambre de Commerce et d’Industrie
  - Chambre des Métiers et de l’Artisanat
  - Chambre d’Agriculture
Salariés permanents : 2
Site internet : http://www.comitedevannerie.com/fr/comite/comite.php

  SOMMAIRE
Prise de conscience collective 
Un réseau multiforme
Collaboration avec les instances locales

Une prise de conscience collective

Fayl-Billot est une terre de vanniers depuis le XVIIème siècle. Ils sont près de 300 vanniers à la fin du XIXème siècle. Mais dès 1907, l’activité connaît une première crise face à la concurrence étrangère. Depuis, la profession ne cesse de décliner. En 1998, les vanniers de Fayl-Billot ne sont plus qu’une petite quinzaine et leurs conditions de vie deviennent de plus en plus précaires.

Les vanniers prennent alors conscience de la nécessité de s’unir. Ils se regroupent et fédèrent les instances locales : office de tourisme, école de la vannerie, élus régionaux. En 1998, leur association devient le Comité de Développement et de Promotion de la Vannerie (CDPV). « L’espérance de vie de la filière ne dépassait alors pas 15 ans. » explique Florent Ferrero, Directeur du Comité de Développement et de Promotion de la Vannerie.

Ils obtiennent de nombreux soutiens financiers

« Nous avons su présenter notre projet de restructuration de la filière de manière à ce qu’il intéresse les élus et concordent avec les politiques de soutien des zones rurales » continue-t-il. Les artisans mettent ainsi l’accent sur deux aspects fondamentaux :

  • Mise en valeur de la filière et du territoire
  • Création d’un système de commercialisation préservant l’activité des vanniers et de leurs salariés.

Résultats : près de 375 000 euros collectés !

Région : 203 200 €
Financement FEDER (Fonds Européen de Développement Régional) entre 2001 et 2004 : 87600 €
Financement FNADT(Fonds National pour l’Aménagement et le Développement du Territoire) entre 2001 et 2003 : 74 200 €

Communauté de Communes du Pays Vannier : 55 000 €

Département : 10 300 €
 

Les vanniers sont désormais de plus en plus nombreux à rejoindre le réseau. Dix au départ, ils sont aujourd’hui 33 adhérents.

     


[ Retour ]

Interviews

Mise en ligne : Octobre 2007
 




Bons plans

Annuaire des réseaux