Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

4 clubs d’entreprises se regroupent pour créer des synergies tangibles

Une synergie unique qui revitalise les clubs d’entreprises :

Une communication mutualisée

Pour les clubs d’entreprises assurer la publication régulière d’un journal devenait de plus en plus compliquée. Il leur faut trouver la matière, le temps pour rédiger pour finalement réaliser avec les moyens du bord un support aux faibles retombées.


Avec le regroupement, ils conçoivent un semestriel de qualité de 12 pages, suivi et rédigé par leur chargée d’animation avec :

• 2 pages par club, consacrées à sa zone
• 4 pages réservées à des informations plus générales, concernant l’ensemble des chefs d’entreprises manceaux


Des animations d’envergure qui stimulent les membres

Plutôt que de mettre en œuvre des animations qui au sein d’un même club réunissaient parfois peu de participants, les clubs proposent une partie de leur programme à l’ensemble des membres des 4 clubs.
Résultat, l’affluence est multipliée par 4, « les rencontres sont plus intéressantes, rapporte Bruno Weibel. Les membres initient de nouveaux contacts et sont bien plus satisfaits. Et pour nous les organisateurs, c’est bien plus gratifiant ! »

Ainsi pour les visites d’entreprises, les rencontres prennent de l’ampleur, il y a d’autant plus de métiers et d’entrepreneurs à découvrir. « Dorénavant ce sont les entreprises qui nous appellent pour connaître la date de la prochaine visite ! »


Un poids décuplé auprès des instances locales :

« Auparavant, je représentais quelques entreprises, désormais lorsque que nous avons besoin de subventions ou d’obtenir une autorisation, nous parlons au nom de plus de 200 entreprises. » Le ratio n’est plus le même et c’est ce qui leur permet de mobiliser les forces de police pour régler une fois pour toutes les problèmes de sécurité récurrents dans les zones industrielles.

Une entraide permanente entre clubs :

Corinne Baudoux, recrutée en tant que chargée d’animation pour les clubs fait le lien entre eux. Souvent c’est elle qui détecte les possibilités de progrès communs. Lorsque la Zone Industrielle Sud doit gérer un problème de ramassage des ordures, c’est le club ATU qui en profite lorsqu’eux aussi sont confrontés au problème, « d’emblée je savais qui appeler pour modifier les horaires de ramassage, explique Corinne Baudoux, puisque le club ZIS avait déjà fait les démarches. »

La multiplication des échanges de business

À l’occasion des réunions interclubs, les entrepreneurs apprennent à se connaître et travaillent ensemble. « Certains allaient chercher parfois jusqu’à 800 km du Mans des services proposés par des entreprises de la zone ! »

Une gestion des inscrits optimisée

Pratique, ils regroupent leurs bases d’adhérents en une seule. Pour gérer les adhésions, les inscriptions aux événements organisés par les clubs…  tout est plus simple et efficace !




[ Retour ]

Interviews

 




Bons plans

Annuaire des réseaux