Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

Anne Treister - Animatrice du Club des Créateurs et des Entreprises Nouvelles de Seine-Saint-Denis

« Les clubs de créateurs : se former au métier d’entrepreneur grâce à l’échange et au partage »

CCEN 93

Implantation : Seine-Saint-Denis (93)
Date de création : 2004
Nombre de membres : 50
Cotisation : 50 € pour les créateurs, 85 € pour les chefs d’entreprise nouvelle (moins de 4 ans)
Site web : www.ccip93.ccip.fr

Anne Treister, conseillère en création d’entreprise à la Chambre de Commerce et d’Industries du 93, se lance dans la création et l’animation d’un club de créateurs en septembre 2004. L’objectif : développer l’offre de services de la CCI pour les nouvelles entreprises. Sur la base d’échanges et de rencontres à thèmes, les nouveaux membres se créent, petit à petit, un réseau relationnel soudé. Convivialité et dynamisme sont au rendez-vous.

>>
>>

Comment s’est créé CCEN 93 ?

C’est une réunion d’élus de la CCI qui a été à la base du projet car nous cherchions des outils d’accompagnement pertinents une fois les premières étapes de la création d’entreprise franchies. J’ai donc réalisé une enquête auprès d’une centaine d’entreprises pour connaître leurs attentes, leurs besoins. La demande n’était pas clairement formulée mais les attentes étaient très fortes. L’idée de travailler en réseau, de rencontrer d’autres chefs d’entreprise pour créer des synergies les a énormément séduits.


Comment s’est déroulée la création du club ?

Grâce à l’étude que j’avais menée auprès de différentes entreprises, j’ai fait le bilan des attentes et des besoins des jeunes créateurs pour déterminer un agenda du club et les thèmes des premières réunions. J’ai ensuite constitué un réseau de partenaires : des acteurs de la création d’entreprise, des pépinières d’entreprises et des services de développement économique. Une fois cette première étape franchie, il nous fallait trouver les premiers adhérents, je me suis appuyée sur les outils de communication de la CCI comme « Dirigeant 93 », le mensuel de la CCI. Dès qu’une vingtaine d’entreprises furent réunies, nous avons lancé les premiers bulletins d’adhésion. Le club a donc été créé officiellement en janvier 2004.


Quelle est la vocation du club ?

Tout d’abord, nous voulons que nos adhérents bénéficient d’un réseau d’information et de conseils, notre but est de rompre l’isolement du créateur car la plupart du temps il s’agit de personnes qui travaillent seules, parfois même chez elles. Ils sont entre deux statuts, encore salariés par moments mais pas tout à fait chef d’entreprise. C’est une période difficile où l’on ne sait pas trop où trouver de l’information. La rencontre entre pairs est alors une bonne solution pour résoudre ses problèmes. Cela permet de se former petit à petit à son nouveau métier de dirigeant.
Enfin nous souhaitons être un pont pour ces toutes jeunes entreprises vers les acteurs économiques du département, afin qu’elles puissent s’intégrer au tissu économique de la région.



Quels dispositifs sont mis en place pour les créateurs et chefs de jeunes entreprises ?

Tout d’abord il faut savoir orienter correctement les créateurs dans leurs démarches auprès des différents services de la CCI et autre organismes de soutien. Nous voulons éviter que les jeunes créateurs se « baladent » de porte en porte avec leur dossier sous le bras.
Puis nous avons développé des pôles d’activité. Il s’agit de réunir les entreprises par secteurs pour réfléchir à des problématiques communes et organiser des rencontres spécifiques s’ils le souhaitent.
Ensuite les types de rencontre sont laissés à l’initiative des membres. C’est avec les adhérents que nous concevons et organisons un programme de réunions pour qu’elles leur soient pleinement profitables. Ainsi lors d’une réunion annuelle, nous définissons collectivement les thèmes traités l’année suivante. J’anime ces réunions mais en faisant toujours intervenir un expert en la matière.


Quels thèmes sont abordés dans ce type de rencontres ?

Cette année nous avons traité des sujets tels que choisir les bons outils informatiques, les obligations du dirigeant face au droit pénal, comment trouver des partenaires de vente et de distribution ou encore comment optimiser ses relations avec les banquiers.


D’après-vous, quel est l’intérêt pour un jeune créateur de se faire accompagner par un club comme le CCEN 93 ?

Cela dépend vraiment des créateurs, mais l’intérêt premier reste pour tous de rompre l’isolement des premiers moments de la création. En rencontrant des créateurs dans une situation analogue, on se rend compte qu’on n’est pas tout seul dans le flou, la galère. Cela permet d’échanger les bonnes pratiques et de trouver des réponses concrètes.
Le club c’est aussi un lieu pour se tester, nous ne sommes pas dans une ambiance de concurrence entre les créateurs, au contraire. Ce n’est pas comme dans un salon professionnel où il faut se vendre à tout prix. Ici, on peut se lancer, s’entraîner. L’un de nos adhérents, spécialiste de la vente, a ainsi organisé une matinée à thème pour savoir comment mener un entretien de vente. Cette intervention était organisée en deux temps : contenu pédagogique puis simulation. Des créateurs qui n’ont pas trop la fibre commerciale ont alors pu s’entraîner sans aucune pression. Dans ce genre de rencontre, toutes les questions sont permises, c’est ce qui permet de bons échanges entre les adhérents et le problème de l’un est souvent celui de beaucoup d’autres !


En dehors du partage d’expériences et de l’échange de bonnes pratiques, quels bénéfices les membres peuvent-ils tirer du club ?

Même si ce n’est pas la vocation première du club, les adhérents peuvent trouver des débouchés commerciaux au sein même du club. Nous ne développons pas cet aspect des échanges, mais si cela se fait, tant mieux. De toute façon, une entreprise c’est comme un bateau. Il vaut mieux construire le gouvernail avant d’aller voguer vers ses premiers clients ! Lorsque les entreprises ont quelques années d’expériences, elles se regroupent par secteurs. Ces réunions dédiées à chaque pôle d’activité permettent alors l’échange de business. Par exemple nous avions une entreprise qui souhaitait développer un site Internet, elle a donc fait appel à des adhérents du club qui vendent ce type de services.


Le club est-il ouvert à tous ? Comment s’opère l’intégration des nouveaux membres ?

Nous sommes ouvert à tous les jeunes créateurs, tous secteurs d’activité confondus, du moment que leur entreprise compte moins de quatre ans d’expérience. Il n’y a pas d’autre formalité qu’un entretien individuel avec moi. Si les attentes du créateur correspondent à ce que propose le club, il est recruté. Lors de sa première réunion (gratuite), on lui prépare un badge de nouveau venu afin que les plus anciens aillent vers lui. À chaque déjeuner ou petits-déjeuners, on se réserve du temps pour apprendre à se connaître. Tout le monde se présente et ainsi les nouveaux savent très vite qui est qui. Ce temps est très important, c’est ce qui va permettre une bonne dynamique de groupe.


Comment se déroulent les activités du club ?

Plusieurs rendez-vous sont proposés, il y a la réunion thématique mensuelle et une dizaine de rencontres plus importantes par an. Nous organisons également des réunions interclubs plusieurs fois dans l’année (CCEN 94, pépinières d’Aulnay, de Montreuil, …), on se donne alors rendez-vous dans leurs locaux.
Pour organiser toutes ces réunions, il est nécessaire de bien se connaître, c’est pourquoi nous avons créé un annuaire du club et d’ici fin 2006, j’aimerais que le club dispose d’un forum Internet afin de mutualiser les informations. Le but est toujours de favoriser les échanges entre adhérents mais aussi avec d’autres clubs de créateurs.


À quoi évaluez-vous le succès du CCEN 93 ?

Le nombre d’adhérents et le taux de participation aux réunions sont d’excellents indicateurs, mais je suis vraiment satisfaite quand, après six mois de club, je constate que des membres commencent à utiliser le réseau. Par exemple, un adhérent avait des locaux à louer, avant de diffuser cette information un peu partout, il a tenu à en faire part d’abord aux membres du club.

Les conseils de Anne Treister :

Pour votre première rencontre au club :

  • Emmenez vos cartes de visite et documents de présentation si vous en avez, il y aura déjà dans la salle plusieurs personnes à qui vous aurez intérêt à les donner. Ce sera un premier pas pour l’élaboration de votre réseau relationnel.
  • Même si vous ne vous sentez pas à l’aise pour parler de vous, préparez quelques phrases pour vous présenter. Dire rapidement ce que vous attendez du club vous permettra de constater tout de suite si vous ne vous êtes pas trompé d’adresse !
  • Listez vos objectifs et attentes avant la rencontre pour ne rien oublier au bon moment.
  • Proposez-vous pour parler d’un thème que vous connaissez bien ou laissez entendre tout simplement que vous êtes disponible pour aider, participer.

[ Annuaire des réseaux ]

Découvrez le club de créateurs le plus proche de chez vous !


[ Lire aussi... ]

Dossier : Réussir sa création grâce aux Clubs de créateurs

Mise en ligne : avril 2006
 




Bons plans

Annuaire des réseaux