Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

Jean-Guy Dezalay - Membre fondateur du réseau Conseils et Formateurs Associés

"C’est en se fédérant que les consultants et les formateurs indépendants peuvent représenter une réelle alternative aux grands cabinets de formation"

Conseils et Formateurs Associés

Activité : Conseil et formation aux entreprises
Implantation : Nationale
Date de création : 1993
Nombre de membres : 20
Cotisation : 80 €/an
Forme juridique : Association loi 1901
Site web : http://www.c-f-a.org/

 

Après 16 ans au service d’une multinationale, Jean-Guy Dezalay prend son indépendance et devient consultant en formation. Depuis plus de 20 ans, il conseille les cadres et dirigeants d’entreprises, en communication interpersonnelle grâce au séminaire AwA. En 1993, il participe à la fondation de Conseils et Formateurs Associés. Deux fois président, il nous livre ici la philosophie de son réseau : un lieu d’échange et de partage d’expérience pour rompre l’isolement, se fédérer, ce qui est particulièrement important pour les indépendants.

>>
>>

Jean-Guy Dezalay, comment est né Conseils et Formateurs Associés ?

Conseils et Formateurs Associés est né de deux motivations distinctes.
La première : une question de survie. En 1993, un projet de loi menaçait notre profession. Il prévoyait de restreindre l’attribution de l’agrément aux seules sociétés de formation  réalisant au moins 150 000 € de chiffre d’affaires annuel.  Ce projet allait balayer 87 % des entreprises de conseil en formation, essentiellement des TPE.  De ce fait, il inquiétait quelques uns d’entre nous : l’agrément permet de prétendre pouvoir assurer des formations professionnelles continues et de bénéficier d’une exonération de TVA. Avec quelques consultants, membres fondateurs de ce qui allait devenir notre réseau, nous nous sommes réunis pour réfléchir aux actions envisageables si cette loi était votée. Finalement, elle ne l’a pas été.
La seconde : rompre l’isolement. La plupart des conseils et des formateurs sont des indépendants ou des TPE. Bien qu’ils rencontrent beaucoup de gens dans le cadre de leur activité, ils se sentent souvent bien seuls face à leurs préoccupations et ne vivent plus l’esprit d’équipe qu’ils ont souvent connu dans une activité salariée avant d’être consultant. C’est comme ça que nous avons eu l’idée de créer Conseils et Formateurs Associés.

Très concrètement, comment avez-vous fait ?

Le réseau est né à Paris, Gare de Lyon, au restaurant le Train Bleu.
Alain-Frédéric Fernandez, un des fondateurs, s’est dit "on va créer un réseau national de consultants en prenant un cabinet de formation par département" et il s’est chargé d’écrire à un cabinet choisi au hasard dans chaque département. Au rendez-vous 20 consultants sont venus. Nous ne connaissions pratiquement personne mais l’enthousiasme était au rendez-vous. Dans la même journée, nous avons créé les statuts et le nom du réseau. Un travail préparatoire avait été fait, quelques contacts pris, quelques motivations sondées,  mais les statuts et le nom ont été entérinés ce jour là.

Quel est l’objectif de Conseils et Formateurs Associés ?

Conseils et Formateurs Associés est une plate-forme d’échange et de partage d’expériences qui réunit une vingtaine de consultants aujourd’hui.
Le premier objectif est d’être plus forts ensemble. Entre consultants ou petites entreprises on se comprend bien. Les préoccupations ne sont plus les mêmes quand on rencontre de gros cabinets, ou même des cabinets de moyennes tailles. Se réunir en réseau c’est pouvoir évoquer les problèmes avec des gens qui vous ressemblent et trouver ensemble des solutions.
Le second objectif est de se former les uns les autres avec des sessions de formation aussi professionnelles que celles menées chez nos clients. Sans chercher à devenir tous aussi expert, ce qui n’est de toute façon pas possible, l’idée est de se créer une culture commune. C’est un bon moyen pour connaître les spécificités de chacun et pour pouvoir se recommander les uns, les autres. 
 

Conseils et Formateurs Associés existe depuis 12 ans. Comment expliquez-vous cette longévité ?

Un réseau c’est plutôt un torrent qu’un long fleuve tranquille. Comme partout, nous avons connu des problèmes récurrents. nés de la divergence de points de vue sur le rôle du réseau. Certains, comme moi, veulent en faire un club dans lequel l’amitié a une place primordiale. Nous sommes une bande d’amis, de professionnels qui se connaissent bien, qui se reçoivent malgré l’éloignement géographique et qui envisagent le business dans un second temps. D’autres attendent uniquement du club qu’il soit apporteur de business et pensent : "Moi j’ai assez de copains comme ça et je veux trouver des clients".  Ce que je comprends. De nombreux chantiers se réalisent de consultant à consultant. Quand un des membres n’est pas compétent sur un problème de formation donné, il fait appel à un autre membre du réseau qui détient cette expertise.  Mais pour notre réseau, le développement du chiffre d’affaires est un résultat : quand on s’entend bien, naturellement, on travaille ensemble. Nous avons donc connu quelques orages. Des membres sont partis mais quelques-uns sont revenus ou reviendront. Alors le président doit être très disponible et proche des membres pour remobiliser chacun.

Quelles actions menez-vous pour animer le réseau ?

Nous nous réunissons 4 week-ends par an.  Dans la bonne humeur, nous échangeons des informations, nous nous formons sur des points particuliers. Le thème de la prochaine rencontre sera : "Comment aider les entreprises à faire du développement durable à leur échelle". Celui de la dernière était : "Le DIF, la nouvelle loi qui permet au salarié d’être l’acteur et prescripteur de sa formation". Cette thématique est importante car elle change la donne pour tous les cabinets de formation et c’est ce genre d’information que nous partageons.  Nous organisons également des ateliers qui abordent des thèmes comme : "Comment développer le business". Et nous prévoyons parfois des conférences : nous faisons venir des DRH qui nous donnent leur point de vue sur notre métier et notre manière d’intervenir. Cela nous permet de nous remettre en question. Ces interventions tournées vers notre métier sont ponctuées d’événements ludiques, conteurs, jongleurs, pour lier l’utile à l’agréable et passer un moment convivial.
En plus de ces week-ends, nous organisons des réunions de formation qui se déroulent sur 2 jours, auxquelles ne participent que les membres intéressés par le sujet de l’intervention.

Comment se passe le recrutement de nouveaux membres ?

C’est plutôt un réseau fermé et nous sommes sélectifs. Il faut un réel professionnalisme de l’impétrant et qu’une affinité se produise. Nous recevons des candidatures ou nous rencontrons d’autres consultants lors de nos échanges informels. Nous les invitons à l’une de nos réunions et nous leur présentons notre philosophie.  La candidature est soumise à l’ensemble des membres. Chaque membre a le droit de veto. C’est vraiment une question de feeling. Nous devons sentir l’envie de partager.

Le réseau est-il une marque sous laquelle les cabinets communiquent et prospectent ?

Aucun cabinet ne peut prospecter  sous le nom de Conseils et Formateurs Associés. Chaque cabinet mène sa propre prospection, mais s’appuie sur le réseau pour répondre favorablement aux clients. Nous encourageons la mise en avant du logo et du site sur les documents commerciaux de chacun. De plus, nous avons un catalogue présentant tous nos domaines d’intervention.
Quand nous ne sommes pas experts, nous contactons un autre cabinet du réseau.

Comment envisagez-vous l’avenir pour le réseau ?

Il y a 10 ans, nous nous étions fixés comme objectif d’atteindre 100 membres. Et nous sommes allés jusqu’à 45. C’était déjà une limite en terme d’animation.  En plus, cela génère des conflits de personnalités, souvent difficiles à résoudre. Nous sommes moins ambitieux. Nous cherchons la complémentarité plutôt que la quantité. Nous devrions donc développer le recrutement de consultants qui abordent des thèmes ou ont des approches différentes des nôtres.

Les conseils de Jean-Guy Dezalay aux créateurs de réseaux :

L’important est de définir très précisément un objectif pour son réseau, de l’expliquer avec la plus grande clarté aux futurs membres et de s’y tenir.
 
Rester fidèle aux objectifs originels évite les dommages collatéraux : tensions entre nouveaux et anciens membres, difficultés à manager et à animer le réseau, problèmes pour fidéliser les membres.
 
Plus l’objectif est clair et compris par tous, plus la solidarité est forte et durable. On peut refuser certains candidats s’ils n’adhérent pas, et ce malgré leur expertise. C’est à ce prix, que la pérennité est assurée.

Mise en ligne : fév. 2005
 




Bons plans

Annuaire des réseaux