Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

« J’évalue les mesures que nous prenons avec les yeux du patron de PME que j’ai été pendant 25 ans ».

Hervé Novelli revient pour Place des réseaux sur les récentes dispositions du gouvernement et souligne leur impact sur le développement des petites entreprises en réseau.

Hervé Novelli
Hervé Novelli
, Secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme et des Services.

Mise en ligne  : Juin 2008

Monsieur le Ministre,

Place des réseaux : Groupements de PME à l’export, appels d’offres ouverts aux groupements de petites entreprises…ces modes d’association donnent aux TPE l’opportunité de jouer dans la cour des grands. Pourtant, ils peinent à trouver leur public. Comment l’expliquez-vous ?

Hervé Novelli : Je crois que pour comprendre ce phénomène, il faut mettre en avant une dimension culturelle qui est ici centrale. Créer son entreprise, cela reste une initiative individuelle et une aventure personnelle.
Les modes d’association dont les TPE peuvent bénéficier aujourd’hui permettent déjà aux plus motivés de profiter de la mise en réseau. Pour les autres, il faudra faire preuve de pédagogie, en montrant tous les avantages et les synergies que les réseaux peuvent engendrer.
Nous travaillons d’ailleurs dans ce sens, avec par exemple la réflexion engagée autour des « portages » d’entreprises, qui permettent aux PME de bénéficier de l’expérience et des réseaux des grandes entreprises pour se développer à l’international.
Le mois dernier, une mission a été confiée à Henri Lachmann, Président du Conseil de surveillance de Schneider, afin de faire le point sur les pratiques existantes et d’identifier des moyens opérationnels de faire progresser cette pratique.

 

PDR : C’est un constat partagé : la France manque de PME. Or, inciter les petites entreprises à travailler en réseau peut les aider à se développer et à devenir de « belles » PME. Pourquoi la LME ne prévoit-elle aucune mesure pour favoriser le travail en réseau ?

H. N. : Je ne partage pas tout à fait cette opinion, les réseaux n’ont pas été oubliés, ne serait-ce que pour une mesure majeure de la LME, qui est le développement de l’accès au très haut débit.
Mettre en réseau, c’est d’abord communiquer. Grâce à cette mesure, les possibilités de communication seront démultipliées.
Imaginez l’apport en termes de visioconférence, de télétravail, d’e-enseignement… Ne pensez-vous pas que le travail en réseau en sera facilité ?
Une autre illustration de mon souci de mettre les réseaux au service des entrepreneurs, c’est le lancement il y a quelques jours d’un plan de développement du commerce de proximité qui repose justement sur la mise en réseau, au niveau local mais aussi national.
Localement, afin de développer leur bassin commercial, les commerçants seront invités à s’investir dans des projets collectifs, tels que la création d’une carte de fidélité commune, la mutualisation des places de parking ou encore la mise en ligne de portails internet locaux.

A une plus grande échelle, nous voulons que tous puissent bénéficier des bonnes pratiques mises en pratique partout sur le territoire.
Pour vous donner un exemple, si des commerçants de Nancy ont trouvé, par la mise en réseau de leurs compétences, une manière innovante et efficace de développer leur activité, nous les aiderons à diffuser ces bonnes pratiques et à faire bénéficier de leur expérience des commerçants marseillais confrontés aux mêmes défis.

 

 
 




[ Retour ]

Interviews

 




Bons plans

Annuaire des réseaux