Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

« J’évalue les mesures que nous prenons avec les yeux du patron de PME que j’ai été pendant 25 ans ».

PDR : Pensez-vous que le prochain statut d’auto-entrepreneur attirera plutôt des salariés en activité ou permettra à des demandeurs d’emploi de tester sans risque une idée de création d’entreprise ?

H. N. : J’espère bien qu’il attirera autant ces deux publics, et même beaucoup d’autres, car le statut de l’auto-entrepreneur s’adresse à tout le monde.
Les salariés et les demandeurs d’emploi, vous les avez évoqués, mais aussi les retraités qui souhaitent développer une activité pour augmenter leurs revenus, ou encore les étudiants qui veulent monter leur premier projet, à la fin ou pendant leurs études.

En créant ce statut de l’auto-entrepreneur, nous avions une idée en tête : la simplicité. Nous voulions faire disparaître tous les freins à l’initiative individuelle, pour que chaque Français, s’il souhaite concrétiser un projet et lancer son activité, n’ait plus aucune raison d’hésiter.
Tout le statut de l’auto-entrepreneur va dans ce sens, avec un seul formulaire à remplir pour lancer son activité, un seul prélèvement fiscal et social, en pourcentage du chiffre d’affaire : si vous ne faites pas de chiffre d’affaire, vous n’avez rien à payer. Ce statut protège également tous les biens immobiliers personnels.

 

PDR : Quelle est la réforme que vous rêveriez de faire ?

H. N. : Nous avons une chance unique, le Président de la République a été élu pour réformer la France en profondeur, c’est donc la mission à laquelle tout le gouvernement s’attelle. Beaucoup a déjà été fait (autonomie des universités, carte judiciaire…), mais nous devons aller beaucoup plus loin.
Actuellement, avec Christine Lagarde et Luc Chatel, nous défendons au Parlement la loi de modernisation de l’économie qui vise à stimuler la croissance, l’emploi et à libérer les énergies, en levant les blocages structurels que subissent tous les acteurs de l’économie française, entreprises comme consommateurs, investisseurs comme épargnants.
D’autres projets de loi ou réformes sont en préparation (réforme des institutions, modernisation des politiques publiques, réforme hospitalière…) toujours dans l’objectif de réformer la France pour être au rendez-vous de la croissance en 2012.

 
 

 



[ Retour ]

Interviews

 




Bons plans

Annuaire des réseaux