Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

Comment inciter 30 000 croisiéristes à revenir sur La Rochelle ?

Les clés de leur réussite

1) Communiquer efficacement pour donner de l’ampleur à la manifestation
Valérie Douady a mis en œuvre un planning de communication afin de faire parler de l’opération tout au long de l’année :
- Conférence de presse
- Publicités radio et presse locales

2) Impliquer les partenaires de l’association
Chacun contribue à la mise en œuvre de l’opération en prenant la responsabilité d’un projet :
- Par exemple, l’Office de Tourisme se charge de traduire la brochure distribuée aux croisiéristes.
- Les commerçants sont invités à participer aux réunions de travail pour concevoir la brochure.
- Les membres participent tous à l’obtention de financements :

  • des subventions (accordées par la Ville de La Rochelle, la CCI, le Conseil Régional, le Port Autonome)
  • des moyens pour développer l’action en l'occurence des tarifs réduits offerts par la régie des transports urbains locale

Pour les inciter à participer, Valérie Douady communique et valorise les résultats* concrets obtenus :
- Les 2/3 de ces passagers choisissent d’aller à La Rochelle (le tiers restant part en excursion)
- Parmi les 2/3 des passagers, 71% réalisent des achats
- Consommation moyenne par passager : 72 €

(* étude menée en 2003)

Avec près de 38 000 passagers et 17 000 membres d’équipages entre le mois de février et novembre 2006, les croisières représentent une véritable manne financière pour les commerçants rochelais !

« Pour nous », explique Valérie Douady, « il est très important de communiquer ces chiffres auprès des partenaires, des professionnels qui peuvent participer. Ils donnent la preuve de l’utilité de notre investissement et du potentiel de l’activité croisière. Ces chiffres nous ont réellement crédibilisés. »

3) Vendre de l’espace publicitaire pour financer l’opération
La brochure de communication offerte aux croisiéristes est entièrement autofinancée par les emplacements publicitaires achetés par les commerçants.

4) Garder le moral :
« Il nous a fallu près de 10 ans pour démontrer l’importance de l’activité » explique Valérie Douady, mais les efforts paient, aujourd’hui le projet a convaincu tout le monde : « Nous n’avons plus besoin de prospecter les commerçants et les professionnels du tourisme pour qu’ils participent. Désormais ils nous appellent d’eux-mêmes pour figurer dans la brochure et acheter de l’espace publicitaire ! »

 

<< Un dispositif d’accueil complet pour développer l’activité estivale

 

 
 




Bons plans

Annuaire des réseaux