Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

L'annuaire des pôles de compétitivité - Projets à vocation nationale



Classement alphabétique : de F à M

 

Fibres naturelles Grand Est

Secteur géographique :

Alsace, Lorraine

Domaines d'intervention :

Chimie, Matériaux, Textile

Contexte de la création :

En s’appuyant sur la démarche de construction d’un pôle fibre (CIADT mai 2003, également appelé Campus Fibres d’Epinal), à partir d’une même ressource, la fibre cellulosique naturelle, par le rapprochement des secteurs textile-habillement, bois et papier, il s’agit de faire émerger et de développer une industrie transversale à forte valeur ajoutée. Trois secteurs industriels travaillent la fibre naturelle, dont les entreprises sont réparties sur l’ensemble des deux régions Lorraine et Alsace : le papier carton, qui représente le quart de la production nationale, le textile à base de coton, qui représente 80% de la production nationale, et le bois, avec la seconde forêt française, qui alimente une filière complète. L’ensemble de ces secteurs représente plus de 50 000 salariés.

Objectifs et stratégie :

Ces secteurs se positionnent dans une stratégie de croissance par l’innovation, en adossement à un pôle scientifique et technologique organisé autour de la science de la fibre.
Le pôle de compétitivité « Fibres naturelles Grand Est » affiche une ambition déclinée suivant trois axes stratégiques et neuf grands objectifs. Les axes stratégiques retenus pour y parvenir sont la création de produits nouveaux, « transversaux » entre filières, le développement de l’innovation par les entreprises et l’élévation du niveau des compétences.
Le projet vise le développement d’une industrie nouvelle de la fibre naturelle, au travers de l’excellence scientifique qui caractérise les deux régions, de la mobilisation des structures permettant sa valorisation et de l’innovation dans les entreprises.

Ses membres :

  • Entreprises : les entreprises des filières bois, textile et papier, notamment représentées par les syndicats (syndicat textile de l’Est, UIT Alsace, Fibois Alsace, …)
  • Laboratoires : CRITT bois, Cetelor en lien avec CNRS et INRA, Université Henri Poincaré à Nancy et Epinal, l’Université de Haute Alsace à Mulhouse, Ecole des Mines, etc

Contact :


Filière équine

Secteur géographique :

Basse-Normandie.

Domaines d'intervention :

Elevage, pathologie.

Contexte de la création :

La filière équine française a toujours joui d’un grand prestige et possède des atouts mondialement reconnus. Le secteur est cependant confronté à une concurrence croissante, la Normandie devant désormais compter avec, pour ne citer qu’eux, les sites de Lexington-Keeneland aux Etats-Unis, de Newmarket en Grande-Bretagne ou de Hanovre en Allemagne. Il devient impératif pour la France de conforter son rang au plan international. En effet, de nouveaux marchés, en Chine et dans les pays arabes notamment, sont en train d’émerger et il est urgent de s’y positionner.

Objectifs et stratégie :

La Basse-Normandie est présente sur tous les segments d’activité de la filière équine (chevaux de courses, chevaux de sport, chevaux pour le grand public ou chevaux pour les travaux de recherche scientifique) et accueille l’ensemble des métiers du cheval (éleveurs, entraîneurs, propriétaires, jockeys, carrossiers etc.). Les professionnels de la filière ont plusieurs projets en commun : développer une démarche qualité et construire une « marque » française, mettre l’accent sur la recherche vétérinaire, créer un centre de ressources, appuyer le développement des entreprises du secteur, renforcer l’offre globale en matière de tourisme liée au cheval etc. Par ces actions collaboratives, les acteurs bas-normands souhaitent réussir à faire perdurer l’excellence française autour du cheval et permettre ainsi à la Basse-Normandie de rester la première région européenne de la filière équine.

Ses membres :

12 entreprises, 5 organismes de recherche et 4 centres de formation.

Pour en savoir plus consultez :

http://www.chevaux-normandie.com


Fruits et legumes

Secteur géographique :

Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte-d'azur, Rhône-Alpes

Domaines d'intervention :

Agriculture/Agroalimentaire

Contexte de la création :

Les fruits et légumes, un secteur fortement concurrencé

Le secteur des fruits et légumes doit aujourd’hui faire face à une concurrence accrue de la part des pays du Sud et de l’Est de l’Europe et des pays du Maghreb, où la main d’oeuvre est moins coûteuse. Il en découle des risques non négligeables de délocalisation d’une partie de la production et des acteurs qui en dépendent (négociants, grossistes, équipementiers, transformateurs…). Afin de répondre à cette menace, il devient absolument nécessaire de conduire des démarches en faveur d’une agriculture qualitativement compétitive et d’une production nationale intégrée au sein d’une filière innovante.

Objectifs et stratégie :

Une stratégie offensive pour répondre aux modes de consommation de demain

Fort des compétences industrielles et scientifiques disponibles dans le grand Sud-Est, le pôle fruits et légumes se propose d’affronter les enjeux de la filière en développant des produits nouveaux répondant aux futurs modes de consommation et en favorisant la recherche et l’innovation sur toute la chaîne de valeur (pratiques culturales, développement variétal, valorisation des co-produits etc.). Cette stratégie se décline en cinq axes de travail : sécurité des aliments, goût, nutrition/santé, service/praticité et développement durable. Le pôle souhaite ainsi se positionner de manière offensive face aux défis économiques, mais aussi sanitaires et environnementaux, qui s’imposent actuellement au secteur.

Ses membres :

20 à 25 entreprises (dont Bonduelle, les Crudettes, Mac Cormick), 5 organismes de recherche (dont l’Inra et l’Inserm), 7 centres de formation (dont l’Université d’Avignon), les collectivités territoriales (dont le Grand Avignon) et les chambres consulaires.

Pour en savoir plus :

Télécharger la présentation PDF


Gestion des risques et vulnérabilité des territoires

Secteur géographique :

Provence-Alpes-Côte d'Azur, Languedoc-Roussillon

Domaines d'intervention :

Risques

Contexte de la création :

La façade méditerranéenne est un territoire concentrant des risques dont la cause est naturelle, technologique et industrielle, mais aussi des risques engendrés par une urbanisation qui n’est pas toujours maîtrisée. Les populations riveraines sont confrontées à un écosystème commun, caractérisé par une fragilité liée à un espace particulièrement attractif pour les hommes et leurs activités. La population croît presque 2 fois plus vite que la moyenne nationale ; elle est très concentrée sur la zone littorale ; l'activité touristique très développée amène à un doublement de la population de certaines zones du littoral en été ; Le territoire compte la présence de nombreux sites industriels de type « Seveso », (Fos sur Mer, Carros..).

La mise en place de législations nationales (PPR Plan de Prévention des Risques loi du 2 février 1995, dite loi Barnier), de Directives Européennes (Eau, Air…) de Protocoles Internationaux (Kyoto) génère une forte demande d’expertise des décideurs et élus à tous niveaux, nécessitant la production d’une information fiable et complète facilement accessible ainsi que la sensibilisation et l’éducation des populations. Le secteur du risque est en forte demande du fait de l’urbanisation et de la concentration des populations, des nouveaux modes de vie (nomadisme, couples au travail…), de l’industrialisation, de la croissance des transports, de la croissance des échanges électroniques, de la croissance économique forte de certains pays, de l’environnement en évolution, du terrorisme…

Pour faire face à cette situation, les acteurs des deux régions ont développé des savoir-faire organisationnels et techniques. Ensemble, elles doivent chercher les solutions appropriées aux problèmes communs et la gestion des différentes phases des risques - connaissance, prévention, alerte, gestion de crise, réhabilitation/retour à la normale - est devenue un enjeu majeur de leurs politiques territoriales. Dans un contexte européen en cours de structuration sur les risques, des opportunités de développements de produits et services innovants et porteurs d'emplois sont proposés dans plusieurs directions.

Objectifs et stratégie :

Ce projet stratégique vise à rendre lisible l'expertise de la région PACA en matière de gestion des risques naturels et technologiques, permettant, grâce à des pratiques et des outils d'intelligence économique défensive et offensive, de favoriser le développement des PME/PMI de la région intervenant sur les risques.
Le pôle propose de srtucturer sa démarche de travail autour des 4 domaines suivants :

  • Les risques naturels : mouvements de terrain (affaissement, tassement, séismes …), inondations soit par débordement de cours d’eau, soit par stagnation d’eaux pluviales ou ruissellement (exemple récent du Rhône ), risque incendie lié aux conditions météorologiques régionales (fort vent et sécheresse), risque avalanche dans les Alpes,..
  • Les risques industriels et technologiques : risque industriel majeur se produisant sur un site chimique ou pétrolier, risque nucléaire (irradiation à proximité de la source de rayonnement, contamination par des poussières radioactives), risque lié à la rupture des barrages, risque transport de matières dangereuses (par canalisations, par voies de communication )
  • Le risque urbain en Méditerranée : risque lié à l’urbanisation rapide, notamment dans les zones périphériques où les infrastructures de base ( voiries, réseaux divers) sont souvent déficients ou inexistants, risques liés aux maladies hydriques et à la mauvaise élimination des déchets ménagers et industriels, risques liés au transport, risques liés à des conditions de vie difficiles dans les villes où les modes de gestion ne sont pas à la hauteur des besoins.
  • Les systèmes intégrés et technologies transverses : systèmes d'observation et capteurs (satellites, drones, terrestres), systèmes d'information intégrés, systèmes d'information géographique, télécommunications sécurisées, systèmes et équipements de localisation et navigation, dispositifs d'alerte…

Ses membres :

  • plus de 70 entreprises ;
  • près de 60 organismes de R&D ;
  • plus de 20 centres de formation.

Industries des sports et loisirs

Secteur géographique :

Rhône-Alpes

Domaines d'intervention :

Equipement de la personne, Sports de montagne et de plein air (glisse, randonnée)

Contexte de la création :

L' industrie des équipements de sports et loisirs recouvre l’ensemble des équipements du sportif : habillement (chaussures, gants, coiffants…), équipements de protection individuelle (casques, lunettes, orthèses…), accessoires de sport (skis, raquettes, vélos, tables de tennis, appareils de musculation…) et des infrastructures de pratique sportive (remontées mécaniques, murs d’escalade, espaces de jeux sportifs, praticables et appareils de gymnastique, sols sportifs…). Elle fait massivement appel à trois industries de sous-traitance, qui sont les textiles techniques, la plasturgie, le caoutchouc et les composites, et la mécanique et le décolletage.

Depuis de nombreuses années, le marché des équipements de sport et loisirs s’est développé en Europe occidentale en proportion de l’accroissement du temps libre et l’ouverture des marchés d’Europe de l’Est et de l’Asie offre de nouvelles perspectives d’essor cette industrie. Avec 52% du potentiel national de cette industrie, et forte de l’implantation de nombreux leaders mondiaux dans leur domaine, la région Rhône-Alpes est bien la première région française des sports et loisirs. Dans les activités de recherche scientifique et technologique, Rhône-Alpes possède aussi la plus forte concentration nationale de laboratoires, universités et centres de compétences et de formation dédiée aux sports et loisirs. La mise en commun de l’ensemble des moyens industriels et scientifiques, dans le cadre d’un pôle de compétitivité régional, doit permettre aux industriels rhône-alpins de saisir la forte opportunité de croissance du marché mondial des équipements de sport et de loisirs.

Objectifs et stratégie :

Le pôle a pour ambition de :

  • Renforcer les capacités de R&D des industriels des sports de montagne et de plein air, en fédérant les acteurs d’un marché fortement concurrentiel au sein d’infrastructures de recherche et de développement communes ;
  • Développer des laboratoires de modélisation et de tests permettant aux industriels d’expérimenter les technologies nouvelles sur les articles de sport (vêtements, équipements de protection individuelle), d’adapter l’offre aux pratiques sportives émergentes et d’attirer les meilleurs chercheurs du domaine, pour faire à moyen terme de la région le premier pôle mondial d’ingénierie des équipements sportifs.

A cet effet, il suggère la création de plusieurs structures :

  • laboratoire d’essais du confort climatique (test des équipements sportifs) ;
  • plateforme d’essais biomécaniques in vivo ;
  • plateforme de mesures embarquées sur l’homme en mouvement et sur son équipement ;
  • plateforme de modélisation des produits ;
  • plateforme d’outils méthodologiques et pédagogiques pour le management de l’innovation sportive ;
  • étiquettes d'identification radio-fréquences pour les skis (pour la location, la traçabilité et la sécurité) ;
  • observatoire prospectif des pratiques sportives émergentes.

Ses membres :

  • Entreprises : Rossignol, Salomon, Decathlon, Babolat et 16 autres entreprises ;
  • Laboratoires : Université de Saint-Etienne (ergonomie et ingénierie des activités physiques et sportives), Université de Savoie (modélisation des activités sportives), Université de Lyon I (recherches sur le sport) ;
  • Instituts/formation : 3 formations doctorales santé/sport, écoles d’ingénieurs : INSA à Lyon, ESIGEC à Chambery, ISTASE à Saint-Etienne, mastères en ergonomie et ingénierie des pratiques sportives.

Contact :

M. Philippe FREYCHAT, Président
E-mail : philippe.freychat@decathlon.com
Tél. : 03 20 33 52 27


Innovation dans les céréales

Secteur géographique :

Auvergne

Domaines d'intervention :

Alimentation / Biotechnologies

Contexte de la création :

Le secteur de la recherche dans le domaine est en Auvergne particulièrement présent avec de nombreux laboratoires de l’INRA et le groupe Limagrain. L’offre de recherche globale de l’INRA se situe, dans chacun des champs disciplinaires, à la fois dans les secteurs d’amont (production de connaissance) et les secteurs d’aval (mise au point d’outils, recherche développement ou prototypes). L’enjeu de la création de ce pôle est d’établir avec un partenaire industriel majeur du domaine un lien fort sur la base de recherches sur les schémas globaux de sélection de nouvelles espèce.

Objectifs et stratégie :

La connaissance intime de la séquence des gènes et de leurs fonctions chez des végétaux modèles et cultivés est une des ambitions majeure du programme Génoplante . Cet effort est important en France mais également au niveau international. Les investissements en génomique des végétaux devrons perdurer de manière soutenue pour rester à la hauteur des enjeux.
Pourtant, il existe un véritable saut technologique à réaliser pour valoriser les acquis sur les connaissances individuelles des gènes, lors de leur intégration dans les schémas de la sélection et de création de nouvelles variétés à partir du moment où on dépasse le simple travail sur quelques entités. En effet, si les technologies de marquage, permettant le suivi de quelques marqueurs moléculaires dans les schémas de création variétale, sont aujourd’hui relativement aisés et en passe d’irriguer le monde de la sélection, il y a un réel pas à franchir pour être en mesure de gérer la globalité de l’information issue des approches de la génomique.
Il faudra effectivement intégrer la connaissance de la structure du génome mais également la structure du Déséquilibre de Liaison, c’est à dire la portée des blocs d’ADN peu recombinés, mais encore appréhender la diversité génétique de l’espèce utilisable pour des finalités liées à la filière de production ou pour celles liées aux exigences nouvelles des consommateurs et de la société. Le projet de Pôle d’ « Innovation dans les Céréales » ambitionne donc de créer pour les Céréales, culture majeure en France, ce chaînon manquant entre génomique et sélection.

Ses membres :

  • Entreprises : Groupe Limagrain (BioGemma, génomique végétale GEIE Nickerson, Génétique et amélioration des plantes LVH marquage moléculaire Ulice fonctionnalités CRIQ Jacquet, Panification industrielle)
  • Laboratoires : INRA (UMR 1095, Amélioration et santé des plantes et UR BIA, U3M Clermont –Theix Nutrition humaine, Unité BIA Nantes Bio polymères Interaction , Assemblages, UMR IATE Montpellier , Aptitude au fractionnement du grain, UR 874 Clermont Ferrand Environnement–agronomie, UMR 1095 Clermont Ferrand Génétique et amélioration des plantes)

Contact :

Jean-Claude Guillon
Tél. : +33 473 63 40 00
E-mail : jean-claude.guillon@limagrain.com


Logistique Seine Normandie

Secteur géographique :

Haute-Normandie

Domaines d'intervention :

Transports / logistique

Contexte de la création :

La Normandie est une terre maritime d’exception, elle a su développer tout au long de son histoire, un pôle industriel et maritime majeur contribuant de façon puissante à l’insertion de la France dans les échanges internationaux. Le complexe portuaire normand constitue l’unique alternative dans la compétition portuaire européenne face aux ports du Nord de l’Europe. Dans le contexte actuel de la mondialisation et de son impact sur les chaines logistiques, le pôle possède une taille critique et des atouts forts à valoriser :
  • une position géostrategique maritime et terrestre unique,
  • l’effet catalyseur puissant de port 2000,
  • la puissance industrielle majeure sur tout l’axe de la Seine,
  • un réseau structuré d’acteurs logisticiens à fort potentiel,
  • une mobilisation du potentiel de R&D autour des enjeux de la logistique,
  • la logistique, l’opportunité de construire un nouveau type de territoire productif et un nouveau terreau culturel en Normandie.

Objectifs et stratégie :

Le projet de pôle veut positionner la Normandie comme la plateforme multimodale d’échanges internationaux à l’ouest de l’Europe et en faire l’offreur de services logistiques à forte valeur ajoutée. En partenariat avec les grandes entreprises industrielles et les PME, tout en développant l’offre de services, les concepts, les outils et les systèmes d’informations de demain, le pôle maîtrisera les impacts sur la sûreté, l’environnement et le territoire pour un développement durable de la logistique en Europe.
A l’effet de modéliser et optimiser une plateforme multimodale en Normandie, le pôle représente :
  • des enjeux :
    - insérer la région dans une économie mondiale en y développant une puissance logistique adaptée ;
    - développer en France un pôle logistique maritime et international majeur, situé à l’Ouest de l’Europe ;
    - affirmer et valoriser la région comme porte internationale de Paris, notamment en y développant les fonctions tertiaires supérieures.
  • une ambition : La Normandie doit faire valoir sa place de leader européen dans les échanges internationaux français mais surtout européens et mondiaux :
    - développer l’offre de services à valeur ajoutée ;
    - développer les concepts, outils et systèmes d’information de demain ;
    - maîtriser les impacts sur la sûreté, l’environnement et le territoire pour un développement durable de la logistique en Europe.

Ses membres :

  • Entreprises : ports autonomes de Rouen et du Havre, les CRCI de Haute et Basse Normandie, les CCI ;entreprises locales de logistique et transports (41500 emplois directs issus de la filière logistique en Haute-Normandie) ;
  • Laboratoires : laboratoires de recherche des universités de Rouen et du Havre, CRITT Transport et logistique (186 chercheurs travaillent sur ces thématiques dans la région) ;
  • Instituts/Ecoles : universités de Rouen et du Havre.

Contact :

Michel Spinelli
Tél. : 02 32 74 49 23
E-mail : michel.spinelli@univ-lehavre.fr


Loisirs Numériques

Secteur géographique :

Rhône-Alpes.

Domaines d'intervention :

TIC/Jeux vidéo.

Contexte de la création :

La région Rhône-Alpes est, après l’Ile-de-France, le principal pôle français de création de jeux vidéo en France. Le projet fédère développeurs et éditeurs de jeux bien au-delà des limites de l’aire lyonnaise, dans le contexte difficile auquel sont confrontées les entreprises du secteur depuis cinq ans, avec la concurrence accrue des pays asiatiques et en particulier la forte montée en puissance de la Corée.

Objectifs et stratégie :

La stratégie présentée est très liée à celle qui est menée par l’association Lyon Game, avec ses actions de soutien au développement des entreprises du secteur du jeu vidéo :
  • animation de la filière loisirs numériques
  • développement des relations d’affaires pour les adhérents
  • information et sensibilisation, par exemple aux financements de l’innovation
  • veille et la prospective (marché, technologies, gestion des ressources humaines.

Ses membres :

Atari, Codemasters, Electronic Arts, ainsi que de nombreuses PME, INRIA, Université Joseph Fournier…

Contact :

Loïc POURCHAIRE
Tél. : 04 78 63 40 43
E-mail : lpourchaire@grandlyon.org

Pour en savoir plus consultez :

http://www.entreprendre.grandlyon.com


Lyon Urban Truck & Bus 2015

Secteur géographique :

Rhône-Alpes.

Domaines d'intervention :

Véhicules industriels, Transports.

Contexte de la création :

L'ambition de Lyon Urban Truck&Bus 2015 est de répondre aux défis soulevés par la croissance des besoins de mobilité des personnes et des marchandises sur l'environnement urbain. Le projet vise précisément à mobiliser l'ensemble des compétences pour concevoir, expérimenter, développer et exporter les solutions transports qui permettront aux métropoles, d’optimiser la gestion de leurs flux de marchandises et de personnes.

Ce projet est proposé par deux acteurs majeurs en Europe et dans le monde, respectivement dans le domaine du transport des personnes (Iribus) et des biens (Renault Trucks). Ces deux acteurs sont accompagnés dans leur démarche par des fournisseurs de rang 1 (Plastic Omnium), par des laboratoires et des instituts de recherche (IFP, INRETS,.....) et par les écoles et universités (INSA, ECL, etc…).

Objectifs et stratégie :

Les programmes de recherche porteront sur quatre thèmes cohérents avec les objectifs du pôle :
1. Motorisation-chaîne hybride : moteur propre, moteur silencieux, moteur fiable
2. Sécurité intégrée : sécurité active, sécurité passive, sûreté
3. Architecture et confort des véhicules urbains (accoustique et vibrations, allègement)
4. Transports intelligents : articulation et interface avec l'ensemble des sytèmes de transports.

Ses membres :

  • Entreprises : VOLVO RENAULT TRUCKS, IRISBUS, MESSER, VIBRATEC, PLASTIC OMNIUM,…
  • Laboratoires : INRETS, IFP, LCPC
  • Instituts/écoles : INSA, ECL, ENTPE

Pour en savoir plus :

Télécharger le communiqué de presse



Matériaux domestique

Secteur géographique :

Nord-Pas-de-Calais.

Domaines d'intervention :

Chimie/Matériaux/Alimentaire.

Contexte de la création :

Ce projet de pôle à dominante technologique cible les thématiques d’interface aliments/matériaux ou détergents/matériaux, pour des applications intersectorielles. Il s’appuie sur la présence en région Nord-Pas-de Calais d’acteurs industriels majeurs dans les domaines des Arts de la Table (Arc international) et de la chimie végétale (Roquette), et sur l’existence d’un fort potentiel de recherche publique autour de l’université de Lille I, spécialisé dans la physico-chimie des matériaux, avec un réseau organisé en réseau au sein de l’Institut des Molécules et de la Matière condensée de Lille ( IMMCL), ainsi que sur une structure de formation supérieure en chimie des matériaux.

Objectifs et stratégie :

Un Pôle Européen des Matériaux à usage domestique devrait être constitué, ainsi qu’un Centre d’innovation et de transfert dans les Arts de la Table, grâce à l’implication de quatre laboratoires partenaires européens.
Quatre axes de recherche sont définis :
  • détergence et interaction milieux- matériaux ;
  • interface multi-matériaux ;
  • innovations alimentaires ;
  • innovation en matériaux dans les Arts de la Table.

Ses membres :

ARC International, Roquette, IMMCL, UTC, industriels de l’Agro-alimentaire…

Contact :

Karine GITTMANN
Tél. : 03 21 12 79 74
E-mail : karine.gittmann@arc-intl.com


MIPI (Matériaux Intelligents Produits Innovants)

Secteur géographique :

Lorraine.

Domaines d'intervention :

Matériaux (Métaux, Composites, Verres, Nanotechnologies) - Procédés.

Contexte de la création :

La profonde reconversion industrielle de la Lorraine sur les 30 dernières années a su allier diversification et recomposition du tissu économique et recentrage d’une large part de l’appareil productif vers des produits à plus forte valeur ajoutée. Les axes de recherche retenus portent notamment sur l’amélioration des procédés d’élaboration, de transformation et de mise en oeuvre de l’acier, des matériaux composites, et du verre, ainsi que la mise au point de nouvelles nuances et de nouveaux produits.

Le Pôle MIPI s’appuie sur un réseau de laboratoires universitaires et industriels ayant développé des collaborations historiques pour répondre aux besoins des entreprises industrielles locales, tant PME/PMI que filiales de grands groupes internationaux souvent leaders dans leur métier. Une forte compétence en matière de R&D dans le domaine des matériaux et leurs procédés de mise oeuvre constitue le socle du pôle lorrain.

Objectifs et stratégie :

Le pôle vise à développer de nouveaux matériaux et de nouveaux produits pour des marchés bien identifiés : automobile, sous-traitance automobile, emballage, construction, mécanique, outillages industriels, machines spéciales, énergie et matériel d’infrastructure (canalisation). Il retient quatre axes de développement technologique : la fonctionnalisation des matériaux, l’intégration des connaissances métiers et la simulation, la maintenance intelligente et enfin la mise au point d’outillages intelligents et de nouveaux procédés de fabrication et de transformation.

Le pôle entend tirer profit, d’une part, du savoir-faire aussi bien scientifique qu’industriel qui s’est constitué au travers des grandes évolutions qu’a connues le tissu industriel local, et, d’autre part, de la situation géographique du pôle au centre de l’Europe.

Ses membres :

Grands groupes (Arcelor, Mittal Steel, Saint-Gobain PAM,…) et nombreuses PME

Pour en savoir plus consultez :

http://www.mipi.fr/

Contact :

CCI de Moselle
Tél. : 03.87.52.31.00
E-mail : contact-info@moselle.cci.fr


Mobilité et transports avancés

Secteur géographique :

Poitou-Charentes

Domaines d'intervention :

Transports

Contexte de la création :

Le coeur du pôle est centré sur la Technopole du Futuroscope en raison de la présence sur le site d’importants moyens de recherche et de formation liés aux transports, avec une coopération active au travers du pôle PPRIME entre l'Université de Poitiers, l'ENSMA, le CNRS et un centre d'essais (CEAT). Ces acteurs travaillent avec une base industrielle sur les filières automobile, équipements mécaniques et équipements électriques, qui a la capacité de produire des véhicules innovants, à l'image du Cleanova II sur une base Renault Kangoo adaptée par Heuliez avec des batteries Saft et une conception globale de Dassault.

Objectifs et stratégie :

L’objectif est d’offrir sur le site du Futuroscope un pôle d’expérimentation, de développement et de qualification sur les systèmes de transport avancés. Le pôle se positionne sur les véhicules urbains, les véhicules spéciaux et les véhicules de manutention et de transport de marchandises, et plus particulièrement sur les essais et les tests effectués sur les nouveaux véhicules de ce type.

Ses membres :

CEREVEH, réunissant une quarantaine d’entreprises de la filière automobile

 


Si votre réseau ne figure pas dans l'annuaire,  n'hésitez pas à l'inscrire  : c'est gratuit !
Il vous suffit de nous donner les informations pertinentes sur votre réseau.
 




Bons plans

Annuaire des réseaux