Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 
Mise en ligne : Septembre 2010

Comment gérer les personnalités difficiles en réseau


Sommaire
Portrait du nuisible
Responsabilité des personnalités difficiles
Capacités de nuisance et capacités de service
Gestion des personnalités difficiles
Le nuisible sur l’échelle des niveaux de pratiques sociales
Matrice des échelles
Les comportements types à connaître
Gérer les nuisibles

La faute à...

Le nuisible n’est jamais responsable : c’est la faute des autres, du système, ou de forces immanentes qui lui en veulent. Le nuisible est victime des assauts de l’environnement ou des menaces que font peser sur lui ses pairs, sa tutelle, ses enfants, ses interlocuteurs, vous-même... Il se défend, voilà tout.

Il devine toujours des intentions cachées au-delà de ce qui lui est dit. Il en fait le procès et interprète les motifs de ses interlocuteurs au contraire de ce qu’ils affirment.

Il ne se remet jamais en cause. Il ne s’interroge jamais sur ses propres comportements. Mais selon sa nature, il peut se poser en exemple ou au contraire se déclarer en échec perpétuel, voire les deux à la fois.

Quand il donne un avis, le nuisible commente le monde à sa façon, pour s’en plaindre ; il porte toujours les mêmes jugements et ressasse des généralités.

Il est une source inépuisable de débats acides, de conflits, de quiproquos, de calomnies. Il sème la zizanie en faisant dire aux uns le contraire de ce qu’ils ont dit ou en travestissant le récit du comportement des autres. Il invente des conflits ou des complots imaginaires et en colporte les rumeurs.

Il ne se sent pas responsable de l’image du système où il sévit ; il ne fait aucun effort pour en préserver la réputation. Il peut faire ses crises en public, agresser un partenaire, régler ses comptes en se servant des tiers ; à ceux-ci, il n’hésite pas à donner sa vision détaillée des relations internes, ni à livrer des secrets intimes en les diabolisant.

Résistance

Il n’y a pas de moyen apparent pour influencer le nuisible ou obtenir de lui une adaptation. Il épuise toutes les autorités, grandes ou petites, proches ou lointaines, bienveillantes ou cassantes.

Peur de rien

Même s’il connaît et craint la sanction, il répète imperturbablement les comportements qui l’amènent à être sanctionné, et les réitère immédiatement après la sanction.

Il est prévisible dans sa propension à sortir du cadre, de la norme, du droit, de la règle, mais il est souvent surprenant dans les stratégies et les actes qu’il invente. Quand vous lui demandez pourquoi il n’a pas fait ce qu’on attendait de lui, il répond par exemple : « j’ai pensé que », « j’ai trouvé que c’était mieux comme ça », « je voulais faire plaisir »... Vous avez beau lui prouver le contraire, il n’en démord pas.
Il semble ignorer totalement vos besoins, être parfaitement insensible à ce qui est important pour vous. Il réagit comme si vous n’étiez pas conscient de ce qui est bon ou néfaste pour vous : il le sait mieux que vous, et il le prouve !

Seul au monde

En général, il réfute l’idée que son comportement affecte les autres, l’unité, la famille, ou qui que ce soit. Il peut aussi se charger bruyamment de la culpabilité de tous les maux de la terre. Mais en aucun cas il ne peut concevoir d’accomplir les changements que vous lui demandez.
Il ne peut rien entendre ; vos remarques tombent à plat. Il ne s’adapte jamais au monde qui l’entoure : c’est au monde de s’adapter à lui. Il impose ses particularités comme fondement de toute organisation.

Certains nuisibles sont cependant policés en apparence, voire discrets. Ils agissent de façon insidieuse, mais leurs conduites n’en ont pas moins d’impact.
Page précédente   Page suivante
Retour à Animer et développer un réseau Haut de page
 




Bons plans



Annuaire des réseaux