Place des réseaux ITG
 
 
Partenaires : comment organiser des temps de concertation ?
Mise en ligne : Avril 2021

Partenaires : comment organiser des temps de concertation ?


La consolidation d’un réseau de partenaires ne se résume pas à des relations commerciales ou virtuelles. Il s’agit, dans certaines situations, d’engager des temps de concertation pour favoriser une compréhension mutuelle. Vous souhaitez organiser un temps de concertation avec vos partenaires pour engager une nouvelle étape pour votre réseau ? Notre article liste l’ensemble des points à prendre en considération pour démarrer cette démarche.

Qu’est-ce que l’intelligence collective ?

La mise en place de moments de concentration permet de faire émerger ce que l’on appelle l'intelligence collective. Ce travail commun, destiné à résoudre un problème à plusieurs, repose sur le postulat que la pluralité des points de vue est bénéfique. L’intelligence collective permet alors d’observer une situation sous tous les angles et vient dégager des chemins possibles.


Un célèbre proverbe africain : “Tout seul, on va plus vite, ensemble on va plus loin” résume bien les contours de l’intelligence collective. Ce concept s’inscrit dans ce qui est appelé “l’empowerment”. Il va s’agir de donner du pouvoir d’agir et de participer à des individus et organisations. L’intelligence collective permet, enfin, de développer une approche dite “bottom up”, de bas en haut. Cette approche s’oppose à celle du “top down”, de haut en bas.


Au niveau des entreprises, le statut de coopérative répond également à ce besoin d’implication et d'intelligence collective. Dans une coopérative, chaque salarié est égal à une voix, ce qui favorise la participation de tous aux projets et à la stratégie de l’entreprise.


Dans un autre contexte, le management horizontal répond lui aussi à ce besoin d’associer le plus de personnes à la prise de décision. Les bénéfices sont alors doubles :

  • La décision ne comporte pas d’angles morts dans la mesure où tous les points de vue sont pris en compte ;
  • La décision est mieux acceptée et mise en application, ce qui réduit les efforts consentis à la vérification de sa mise en œuvre.

Partenaires : l'importance de leur implication

Dans le cadre de la construction et la consolidation de son réseau, il peut être utile d’impliquer ses partenaires. Loin d’être une perte de temps, ces temps de concertation et de dialogue vont permettre une compréhension mutuelle et donc, in fine, une relation plus solide.


Ainsi, la réussite d’un temps de concertation va passer par les éléments suivants :

  • La thématique de la rencontre. Les participants doivent savoir à quoi s’en tenir en venant participer à tel ou tel événement.
  • Les modalités de prise de parole. Un animateur doit se charger de favoriser la meilleure circulation possible pour les prises de parole.
  • Les moyens de mise en œuvre lors des échanges. Certains outils, matériels voire des supports technologiques sont nécessaires pour récupérer les échanges.
  • Le type de contenus souhaités. Ce dernier point concerne le support de production attendu à l’issue de l’événement.

Les méthodes de participation et de concertation

La concertation ne se résume pas à réunir, dans un même espace, plusieurs acteurs et membres d’un même réseau. Sans une dose d’animation et d’organisation, le temps collectif risque de virer au brouhaha où rien de positif ne sortira.


Dans certaines situations, les temps collectifs peuvent déboucher sur la mise en lumière de rancœurs ou de problèmes insolubles. Il est donc nécessaire de bien cadrer les échanges afin d’éviter de créer du conflit inutilement.

Le brise-glace

Généralement, un événement participatif va commencer par une ou plusieurs actions dites de “brise-glace”. Il va s’agir de mettre en place des jeux de questions-réponses portant sur les individus afin que chacun apprenne à mieux se connaître.


En utilisant un brise-glace, les prises de parole futures seront plus faciles et les échanges plus apaisés. Les membres vont se sentir plus proches les uns des autres puisqu’ils auront le sentiment d’appartenir à un groupe disposant d’une culture commune.

La carte heuristique

Dans un second temps, il est parfaitement possible de poser un problème sous l’angle de la carte heuristique. Ce type de carte, également appelée carte mentale, permet de partir d’un thème général et de lui associer des sous-thèmes. Ces sous-thèmes peuvent également comporter des mots-clés ou expressions-clés associés.


Les bénéfices de la carte mentale sont alors multiples :

  • Le document est visuel. L’ensemble des sujets principaux et secondaires apparaissent sur une seule et même page.
  • La carte peut facilement se concevoir à plusieurs. Chacun peut apporter un ou plusieurs éléments, ce qui favorise la prise de parole et l’implication de tous.
  • La production finale peut être envoyée aux participants à l’issue de l’événement. Il va alors s’agir d’une preuve de l’intelligence collective et de ce que le processus de participation a pu apporter.
Le travail sur la carte heuristique peut parfaitement être l’introduction à un travail de fond et de réflexion autour des sous-thèmes. Ainsi, il est possible d’organiser la matinée d’un événement autour du brise-glace et de la carte heuristique puis de travailler, l'après-midi, sur la recherche de solutions.

La boule de neige

La technique de la boule de neige est particulièrement intéressante pour organiser des temps productifs et participatifs avec ses partenaires. Cette méthode de participation s’organise en plusieurs temps :

  • En premier lieu, il s’agit, pour chacun des membres participants, de réfléchir seul à des solutions à un problème.
  • Dans un second temps, les participants se mettent par deux. Ils échangent sur leurs solutions respectives et essayent d’améliorer, dans la bienveillance, les propositions de l’autre.
  • Dans un troisième temps, le binôme rejoint un mini-groupe plus important (de 4, 6 ou 8) pour effectuer le même travail que dans l’étape précédente.
  • Enfin, une restitution de tous les mini-groupes s’organisent. Les participants peuvent alors questionner chaque solution afin d’avoir des détails. Les interactions peuvent être riches et la notion d’intelligence collective prend tout son sens.
L’intérêt de cette technique est d’impliquer tout le monde et de produire du commun. Chaque solution a alors été consolidée par des retours et des remarques. L’exercice demeure très valorisant pour les participants tout en apportant un portefeuille de solutions possibles aux organisateurs du temps de concertation.


En résumé, ces techniques vont permettre d’impliquer son réseau de partenaires et de trouver des solutions par le haut et par la réflexion collective.


Retour à Animer et développer un réseau Haut de page
 




Bons plans



Annuaire des réseaux