Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

Un autre regard sur les réseaux sociaux virtuels



Pour Iannis Pledel et Manuel Atréide, responsables éditoriaux de sites participatifs, la micro-audience créée via les réseaux sociaux virtuels et les sites participatifs constitue déjà une forme de réseau ! Voici les clés de compréhension de ces nouveaux vecteurs de notoriété et de contacts.

Manuel Atréide Manuel Atréide, Responsable éditorial du site SportVox
Iannis Pledel Iannis Pledel, Responsable éditorial du site AgoraVox

Mise en ligne : Novembre 2008
Partager cet article avec mon réseau professionnel sur VIADEO Partager sur VIADEO

>>
>>

Introduction

Sites participatifs et réseaux sociaux : pourquoi travailler la micro-audience ?

Le web 2.0 amène avec lui une série de changements qui impactent non seulement l’ensemble du Web, mais aussi la manière dont les gens, internautes occasionnels ou acharnés, conçoivent leurs relations aux autres.

On entend souvent la question récurrente et lancinante sur la qualité des relations nouées via le Web : le cyber est-il un « vrai » moyen de rencontrer des gens, les « net-amis » sont-ils de vrais amis, de vraies relations ? En clair, le Web permet-il de créer des relations de qualité entre les gens ou est-il un miroir aux alouettes postmoderne, générant l’illusion d’un cercle d’amis alors que chacun est seul derrière son ordinateur ?

L’animation d’un site participatif comme celui d’AgoraVox demande de bien connaître la communauté de rédacteurs. Au travers de ce site, de nombreuses personnes proposent et publient des articles sur le ou les sujets qui les passionnent. Ces articles parlent de tout : de l’actualité économique, de culture ou de politique. Des coups de cœur et des coups de gueules sont régulièrement proposés et publiés.

Jusque-là, rien de bien neuf par rapport à la presse classique qui publie, elle aussi, nombres d’articles sur des sujets similaires.
Qu’est-ce donc alors qui fait que ces internautes se connectent, jour après jour sur AgoraVox ? Où est la spécificité de ce site qui a, au fil du temps, fidélisé un vaste nombre de personnes ? Pourquoi venir sur AgoraVox ? Pourquoi venir y publier ses articles, pourquoi venir animer les fils de discussion au travers des commentaires qui viennent s’ajouter aux articles publiés ?

Le site est estampillé Web 2.0. Le Web 2.0 n’est pas seulement la possibilité donnée aux gens de publier leurs écrits. La vraie force du web 2.0 se trouve dans la capacité qu’ont les internautes qui surfent sur ces sites d’interagir entre eux, de nouer des liens, de forger des relations durables, parfois même des amitiés. Les « agoravoxiens », comme ils aiment à se nommer eux-mêmes, apprennent au fil du temps à se connaître. Petit à petit, ils en viennent à échanger au-delà de l’objet premier du site ou au-delà de l’objet premier d’un article. Une communauté ne se construit pas uniquement au travers des échanges d’informations (fonction référentielle), mais aussi avec des échanges sociaux qui empruntent aux fonctions phatiques ou expressives du langage. Au travers de leurs discussions, ils finissent par se révéler, par exprimer ce qu’ils aiment et ce qu’ils n’apprécient pas, par se donner des conseils. Une création de lien social s’opère alors et la communauté se tisse peu à peu.



Retourner à

Le réseau relationnel
 
 




Bons plans

Annuaire des réseaux