Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 
Le mental d’acier
Mise en ligne : Mai 2014

Le mental d’acier : ça tient à quoi ?


Bientôt Roland Garros... Nous sommes souvent bluffés par le mental des champions. Où trouvent-ils toutes leurs ressources ? La préparation mentale d’un sportif est-elle transposable pour nous les entrepreneurs ? Regards croisés d’un coach de dirigeants et d’un champion.
Sommaire
Le mental d’acier, ça tient à quoi ?
La croyance qui m’a donné le mental d’acier.

Jean Marc Sabatier
Avec Jean Marc Sabatier, Coach de dirigeants et
co-auteur avec Pier Gauthier de La force du mental, Editions Dunod.


Jean Marc, qu’entendez-vous au juste par « mental d’acier » ?

L’expression « mental d’acier » est souvent mal comprise par ceux qui l’utilisent. Avoir un mental d’acier, cela ne veut pas dire être agressif tout le temps, être combatif tout le temps. L’idée, c’est plutôt d’accepter ses propres rythmes qui sont faits d’intensité et de récupération, d’excitation et de calme, de concentration et de distraction.

On serait alors tous des intermittents du mental d’acier ?

En quelque sorte. Vous ne pouvez pas cultiver votre motivation si vous n’acceptez pas « les trous d’air ». Se forger un mental d’acier, c’est comme la respiration. Un sportif ne peut pas performer en permanence. S’il reste toujours en apnée, il va s’effondrer ou se blesser. Idem pour l’entrepreneur qui veut se persuader qu’il n’a pas de fragilités. Il va culpabiliser quand elles se présentent, perdre en confiance et dégrader sa performance. S’il s’obstine, il risque le burn out.

Exemple :

Un des plus grands ennemis du mental d’acier, c’est le perfectionnisme. Le tennisman Stanislas Wawrinka s’est hissé à la 3ème place mondiale par un apprentissage méthodique de l’imperfection :
« J’apprends de plus en plus à perdre. Mais à chaque fois, je tire des leçons utiles pour me rapprocher de la victoire ».
Pour entretenir un mental d’acier, l’entrepreneur comme le tennisman gagne à considérer, comme le disait Einstein, qu’ « il n'y a pas d’échecs, il n’y a que des abandons ».

Pour clore la série on pourrait enfin citer Michael Jordan :
« J’ai raté 9000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu presque 300 matchs. 26 fois, on m’a fait confiance pour prendre le tir de la victoire et j’ai raté. J’ai échoué encore et encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi je réussis ».

A quoi un entrepreneur doit prêter attention pour se forger un moral d’acier ?

En fait, le mental d’acier se construit sur un système de critères interdépendants qui vont se renforcer mutuellement :

  • La confiance en soi.
  • La gestion des échecs.
  • La préparation.
  • Les croyances positives.
  • Le comportement face à la pression du résultat.
  • Les ressources extérieures : partenaires, coachs.

Sur ce dernier point, le rapprochement entre le tennisman et l’entrepreneur est aussi très pertinent. Le champion est seul sur le court, mais il a derrière lui un ensemble de partenaires qui concourent à sa performance : coach, kiné, nutritionniste, préparateur mental, médecin, physiologue... De même, l’entrepreneur va performer en s’appuyant sur son réseau constitué en sous-ensembles nécessaires à son équilibre, par exemple :

  • Son cercle de fidèles et de proches qui le soutiennent.
  • Ses pairs qui font le même métier avec lesquels échanger sur ses enjeux, ses problèmes.
  • Ses partenaires avec lesquels il construit, développe et commercialise son offre.
  • Ses clients qu’il fidélise et qui peuvent le plébisciter.

BON À RETENIR
 
On peut être compétitif tout en restant lucide sur ses fragilités. C’est même un facteur de progrès nécessaire et la condition pour entretenir votre moral d’acier.
Page suivante
Retour à Réseau relationnel Haut de page
 




Bons plans

Annuaire des réseaux