Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 
Un mental d’acier
Mise en ligne : Décembre 2013

Un mental d’acier pour mieux réseauter.


Sommaire
Bonnes feuilles :
Du plaisir au cœur du travail.
Bonnes feuilles :
Des croyances.
Témoin Edgar Grospiron :
Une expérience vécue.
Exercice pratique :
Croyances limitantes et croyances stimulantes.

Bonnes feuilles :
Des croyances.

Extrait de La force du mental par Pier Gauthier et Jean-Marc Sabatier, Editions Dunod.


Les croyances sont des généralisations à propos de notre représentation du monde. Elles structurent et reflètent notre façon de penser et génèrent des programmes comportementaux. Pour Robert Dilts, les croyances sont « les généralisations que nous soutenons à propos d’une relation entre les choses ou événements perçus ». Les croyances lient nos valeurs centrales aux autres aspects de notre expérience. Par exemple, « la réussite nécessite un dur travail » relie la valeur « réussite » à une certaine catégorie d’activité « dur travail ». Les croyances se forment à partir d’expériences (personnelles, familiales, culturelles) dont l’interprétation est généralisée. Les croyances sont dites « facilitantes » quand elles apportent un soutien à la réalisation d’un but, et « limitantes » dans le cas contraire.


Exemple
Si vous croyez que vous n’êtes pas bon en français parce qu’un adulte maladroit l’a écrit sur votre bulletin scolaire, vous deviendrez de plus en plus mauvais. Comme vous le croyez, ça vous stressera, vous vous bloquerez et ne pourrez apprendre ni progresser normalement. Votre croyance de départ provoquera des comportements qui renforceront votre croyance. Tant que cette croyance ne changera pas, votre niveau en français se dégradera.

Expérience vécue

Stéphane, un joueur de golf professionnel, me demande de l’aider car il a, selon lui, un gros problème de confi ance en son putt. Cela étant soi-disant capital pour être un excellent joueur, il n’arrive pas à avoir les résultats escomptés :

  • Comment sais-tu que tu n’as pas confi ance quand tu putt ?
  • Car je suis mauvais.
  • Comment sais-tu que tu es mauvais ?
  • C’est évident, je les rate toujours et tout le monde me le dit.
  • Comment ça, tout le monde ?
  • Je me rappelle, quand j’étais plus jeune, un entraîneur réputé m’a dit : « Dommage que tu putt si mal, car sinon, tu pourrais être un très bon joueur. » Et depuis, tout le monde me le répète.
Page précédente Page suivante
Retour à Réseau relationnel Haut de page
 




Bons plans

Annuaire des réseaux