Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

Développement personnel : comment améliorer vos relations avec les autres ?




Comment entrer dans une relation sereine et efficace avec les autres ? Comment faire, en cas de conflit, revenir à un échange apaisé et productif ? Avec la « Stratégie de la Bienveillance », conçue par Juliette Tournand, coach indépendante, vous apprendrez à situer l’état de votre relation à l’autre. Pour Place des réseaux, Juliette Tournand décrit sa stratégie, qu’elle utilise dans ses missions en entreprises – du coaching à la médiation entre dirigeants et partenaires sociaux.

>>
>>


Trois questions à Juliette Tournand :

En une phrase, pouvez-vous définir les effets de l’application de votre stratégie ?

Elle permet de faire de chaque rencontre une chance.


Comment est née votre stratégie ?

Je me posais depuis très longtemps la question de savoir comment les personnes pouvaient articuler leurs différences. Ou bien leurs similitudes, dans les cas de rivalités. Il y a huit ans, j’ai rejoint un cabinet de consulting, dans lequel j’intervenais en conseil et formation à la stratégie, au management et à l’efficacité personnelle. En 2001, ce cabinet a répondu à un appel d’offres issu d’une maison de luxe. La question posée était : Comment coopérer dans l’entreprise, entre cadres, entre niveaux hiérarchiques, entre personnalités ? Cela a été l’occasion de mettre sur le papier ma stratégie, que je nommais alors la Stratégie personnelle de coopération, et de la tester. Ma stratégie a été rebaptisée « de la Bienveillance » par mes clients qui, à l’unanimité, la comprenaient, y adhéraient, voulaient la jouer, même s’ils me disaient qu’« il y a du boulot » !

Cette stratégie est destinée à tout le monde ?

Bien sûr. Destinée à être posée entre soi et l’autre, destinée à être utile à une personne seule aussi, car chacun est seul pour choisir sa conduite dans ses rencontres, surtout quand elles se compliquent. Vous n’avez besoin de la permission de personne pour être stratège de vos relations. Ce dont vous avez besoin, c’est de repères simples, consultables aussi quand la situation est confuse et votre esprit troublé. Et fiables : qui vous sortent d’affaire avec l’autre, plus sûre façon de construire des réussites durables.

La Stratégie de la Bienveillance : la carte géographique des relations

La Stratégie de la Bienveillance permet de visualiser, sous forme cartographiée, l’état de la relation avec une autre personne. Et si besoin, de prendre conscience que cette relation est sortie d’un échange gagnant – gagnant.
Comme dans un jeu de stratégie, à vous de positionner vos relations au bon endroit de la carte, de comprendre quels sont les ressorts qui animent votre relation avec une personne ou une entité (votre société ou votre réseau par exemple), et de faire appel aux bonnes forces pour revenir dans la zone stratégique d’une relation efficace.


Schéma : « Cartographie de la relation»


Ce schéma symbolise les terrains relationnels, qui sont au nombre de quatre :

  • En haut à droite, le terrain stratégique, du Nous où Je et Tu sont toujours présents, grandis même : l’objectif étant de savoir rester dans cet espace, d’y revenir mais aussi d’y progresser.
  • En bas à droite, ou en en haut à gauche, les deux terrains du conflit : soit l’autre (TU) domine sur soi (moi) ; soit je (JE) domine l’autre (toi).
  • Et en bas à gauche, le terrain de la confusion, du « On » : on ne peut plus rien faire, on n’arrive plus à rien.



Schéma : « 4 lois nécessaires et suffisantes »



La relation est animée de différentes forces, qui sont également au nombre de quatre :

  • La bienveillance : c’est l’énergie, qui va vers l’un et l’autre. Je suis bienveillant avec moi-même et avec l’autre. C’est un état d’esprit, une décision personnelle.
  • La réciprocité : c’est la loi de la nature - autant y être vigilant puisqu’elle s’exerce de toutes façons, tôt ou tard.
  • La clarté : c’est un travail, qui permet de faire les distinctions grâce auquel un échange est possible : par exemple, distinguer le terrain stratégique des autres.

Ces trois premières forces permettent de coopérer avec l’autre quand la situation est simple. Dans le cas d’une relation plus complexe, il existe une quatrième force : la liberté d’innover. Imaginez que vous êtes chef d’équipe et que l’un de vos collaborateurs vienne vous demander une augmentation. Ce collaborateur mérite une augmentation de par son travail, mais vous ne pouvez pas, de par des restrictions budgétaires indépendantes de votre volonté, lui accorder.
Voici un obstacle du réel qui se met en travers de votre relation à l’autre. Dans ce cas – avec l’intervention de ce que Juliette Tournand nomme « le pavé du réel » - vous pouvez faire appel à la quatrième force, celle de l’innovation. Par exemple, vous pouvez proposer à votre collaborateur d’autres satisfactions, non pécuniaires, mais qui comptent pour lui. Et s’il a réellement besoin d’argent, vous pouvez réfléchir avec lui au moyen d’accélérer sa carrière.




Schéma : 3 gestes clairs, nécessaires et suffisants »


La Stratégie de la Bienveillance compte enfin des mouvements, au nombre de trois :

  • Le mouvement vers soi (confronter) : J’écoute ce que je veux, ce que je ressens, je dis, je demande
  • Le mouvement vers l’autre (s’accommoder) : J’écoute, j’accueille, j’entends, j’accepte
  • Et le mouvement de prise de recul – lors de relation plus complexe - : c’est le mouvement de la réflexion, de la suspension, du repos, de l’apaisement.

Pour mettre en pratique cette stratégie, Juliette Tournand prodigue un petit conseil tactique : conjuguer ses verbes. J’entends trop souvent dans les entreprises les personnes s’exprimer en disant « On ». « On » est le sujet d’usage commun, rappelle t-elle. Il ne permet pas de résoudre les situations particulières qu’il plonge dans la confusion alors qu’elles ont besoin de clarté. Je conseille de remettre ce « On » à sa place, de conjuguer ses verbes, de nommer les personnes, en étant vigilant à les citer avec bienveillance.
A vous de jouer désormais, pour, dans chacune de vos relations, apprendre à revenir dans la zone stratégique, celle de l’échange fructueux.

Lire aussi...
[ Le réseau relationnel ]

 


Mise en ligne : février 2006

Retourner à

Le réseau relationnel
 
 




Bons plans

Annuaire des réseaux