Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

25 trucs de pro pour vaincre votre trac !



  SOMMAIRE

Gérer son stress durant les mois qui précèdent l’intervention en public

Gérer son stress durant les dernières heures qui précèdent l’intervention en public

Gérer son stress durant les dernières secondes qui précèdent l’intervention en public

Gérer son stress durant les dernières secondes qui précèdent l’intervention en public

- Relativisez l’échec : jouez-vous réellement votre carrière sur votre intervention ? Y a t-il mort d’homme si vous êtes médiocre ?

- Po-si-ti-vez ! Il n’y a aucune raison d’échouer.

- Vous avez la gorge sèche ? Si vous avez encore le temps, buvez un tout petit peu d’eau (doucement : évitez la “fausse route”). Humidifiez-vous simplement les lèvres avec quelques gouttes. Sinon mordez-vous fortement la langue, s’ensuit immédiatement une salivation abondante qui suffira à redonner de l’humidité à votre gosier (en particulier si vous n’avez pas d’eau à votre portée).

- Un peu de trac ne fait pas de mal, au contraire. Il agit comme un formidable excitant. Il va vous aider à mobiliser toute votre énergie, à vous dépasser pour réaliser au mieux votre prestation.

Gérer son stress une fois sur scène

- Sachez relativiser vos émotions : vos interlocuteurs ne perçoivent pas les changements de votre physiologie avec la même acuité que vous. Il y a un fossé considérable entre ce que vous ressentez (c’est désagréable, c’est vrai) et ce que voient les spectateurs.

- Votre voix commence à chevroter ? Parlez donc un peu plus fort et un peu plus lentement. Immédiatement les mots se calment et les phases sont plus fluides.

- Ce ne sont ni la volonté, ni la pensée qui nous libèrent du trac, c’est véritablement l’action. Rassurez-vous donc : au bout de quelques minutes, le trac a souvent tendance à diminuer…

 

Vous avez des commentaires à partager à ce sujet ? Contactez-nous !



Retourner à

Le réseau relationnel
 
 




Bons plans

Annuaire des réseaux