Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 
Une année en couveuse
Mise en ligne : Octobre 2013

Une année en couveuse :
les 7 étapes d’un parcours gagnant.



Pour un futur créateur d’entreprise, démarrer en couveuse, c’est le moyen le plus sûr de tester son projet et de lui donner le maximum de chances de succès.

Coralie Couchet
Avec Coralie Couchet, Chargée d’accompagnement chez Astrolabe Conseil.



La couveuse Astrolabe Conseil, c’est :
  • 80 porteurs de projets accompagnés par an.
  • un accompagnement complet : des plans promotionnel et commercial, jusqu’à la gestion et au suivi de l’activité, en passant par les formations d’entrepreneurs, le dépôt des statuts.
  • Un taux de réussite de 82%.
En savoir +

Étape 1 : La rencontre.

Chez Astrolabe Conseil, un mardi sur deux se tient une réunion d’information collective. Une dizaine de futurs créateurs de tous horizons s’y retrouvent pour un tour d’horizon des services offerts par la couveuse. Vient ensuite le tour de table. L’effet réseau commence déjà. « L’occasion pour chacun de présenter son projet, souvent pour la première fois en public ».

Étape 2 : La sélection des postulants.

Pour rejoindre la couveuse, il faut être suffisamment avancé dans son projet. « Vous devez être capable de rédiger clairement votre offre, décrire votre clientèle et les grandes lignes de votre plan commercial ». Certains projets ne peuvent pas être accompagnés pour des motifs juridiques (professions libérales) ou pour des questions d’assurance (ex : garanties décennales du BTP).

Étape 3 : L’entretien-diagnostic.

À J+8, après avoir reçu et rempli un document préparatoire, chaque créateur éligible est invité à débattre de son projet avec un ou deux chargés d’accompagnement. « Nous sommes 4 chez Astrolabe Conseil, commente Coralie Couchet, de profil écoles de commerce et nous avons nous-mêmes une expérience d’entrepreneur à partager ».

Étape 4 :

Signature du contrat CAPE avec les porteurs de projet retenus. « C’est le top départ de l’accompagnement. Celui va se décomposer en trois grandes phases dans l’année.

Étape 5 (1er trimestre) :

Phase finalisation des plans de commercialisation et de communication. Mise en place des outils de communication. Deux moyens pour atteindre ces objectifs :

  • Les nombreux ateliers collectifs : marketing, fixer ses prix, jeux de rôles sur l’entretien commercial, communication internet, gestion de communauté sur les réseaux sociaux, etc. Ce qui peut représenter jusqu’à 5 jours de formation.
  • Les entretiens individuels toutes les 3 semaines. Le créateur présente l’avancée de ses projets.

« Nous n’avons pas vocation à nous substituer aux créateurs nuance Coralie Couchet. Nous lui donnons notre avis, l’étayons par notre expérience et l’orientons si nécessaire vers des professionnels compétents ».

Étape 6 (1 semestre) : Phase de développement commercial.

« C’est le moment décisif et le plus redouté par nos créateurs, lance Coralie Couchet. Tout est en place : l’offre, le discours, les outils. Nous nous occupons de la gestion/compta : reste à convaincre les clients ! ». Là encore de nombreux ateliers de renforcement sont proposés, tous centrés sur le commercial. Exemple : Soigner son image personnelle, négociation, assurances professionnelles, etc. Et les entretiens individuels se poursuivent. Dans cette période de grand stress, les couvés bénéficient même de conseils pour leur bien-être avec des intervenants en yoga ou taî-chi !

Étape 7 (dernier trimestre) : Phase gestion comptabilité.

Jusqu’à présent, le créateur n’a pas eu à se préoccuper de ces aspects puisque la couveuse gère son compte et facture les clients pour lui. Le moment est venu de passer le relais, lors d'un atelier de 2 jours. « On ne va pas transformer le créateur en spécialiste tempère Coralie Couchet, le but est qu’il puisse acquérir les notions de base pour dialoguer avec un comptable, mais aussi avec des financiers sur la base d’un business plan et d’un plan de trésorerie détaillés. » Le choix et le dépôt légal des statuts (SARL, EURL, etc.) met le point final à cet accompagnement sur toute l’année. Le couvé va pouvoir voler de ses propres ailes. « Et aussi, conclut Coralie Couchet, cultiver tous les contacts en réseau qu’ils aura pu développer durant son hébergement lors des ateliers, mais aussi lors des petits-déjeuners que nous organisons régulièrement et du Club des créateurs que nous animons pour garder le contact.

Et aussi :

- Les couveuses d’entreprise. Pour tester son projet grandeur nature.
- Les réseaux d’accompagnement à la création : pourquoi ? Comment ?


Retour à Réseaux pour créateurs Haut de page
 




Bons plans

Annuaire des réseaux