Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 
Brainstorming
Mise en ligne : Décembre 2012

Les 6 facteurs-clés pour rendre votre groupe de travail plus créatif, plus rapidement.

Sommaire
Qu’est-ce qu’un brainstorming ?
À quoi ça sert ?
Comment s’y prendre pour être sûr du résultat ?

Comment s’y prendre ? La recette d’un bon brainstorming.

Passons en revue les 6 ingrédients d’un brainstorming réussi, à savoir : le brief, les membres, l’installation, le process, les règles, le suivi.

Ingrédient #1 : le brief.

C’est un préalable indispensable : on ne réussit pas un brainstorming en partant de rien. Attention, vous pouvez penser tenir votre sujet et pourtant partir de rien. Pourquoi ? Parce que vous ne l’avez pas « problématisé ».

Un exemple :
« On voudrait un nouveau logo pour notre restaurant » n’est pas un sujet. Pourquoi, un nouveau logo ? Quel est le problème ? Nos ventes ont chuté de 20% l’an passé. Pourquoi les ventes ont chuté ? Que doit-on améliorer prioritairement : le service, le menu, le site de réservation, notre signalétique, notre référencement google, ou le design graphique et le logo du restaurant ? Ce sont bien ces questions qui peuvent faire l’objet d’un brainstorming, plutôt que de s’interroger sur la forme et les couleurs d’un nouveau logo. Bref, dans un brainstorming, tout le monde est là pour sortir du cadre, mais pas pour sortir de la stratégie !

Une fois la question bien posée, présentez l’information de façon attractive. Et pas seulement sous forme écrite. La marque Idéo spécialisée dans les loisirs d’enfants voulait concevoir un nouveau jouet. Elle organise 3 brainstormings simultanés : l’un avec un brief écrit, le deuxième sans brief, le troisième dans un grand magasin de jouets. À votre avis lequel a été le plus productif ?

Ingrédient #2 : les participants.

Ceux-ci doivent tous être impliqués dans la question posée et pas seulement concernés. La différence entre « impliqué » et « concerné » ? Dans une omelette au bacon, la poule est concernée, le cochon est impliqué. Autre point : pratiquez le métissage. L’erreur fréquente : ne convoquer que des experts du sujet. Les experts savent déjà tout et vous voulez des idées neuves, non ? Donc invitez des personnes différentes, des néophytes et si possible provenant de secteurs variés.

Ingrédient #3 : l’installation.

Avoir des idées, c’est jouer avec les émotions. Prévoyez non seulement des grandes feuilles de papier et des feutres, mais aussi des post-it multicolores, des revues et des photos à découper, à coller, des boissons fruitées, des petits gâteaux, pourquoi pas une playlist musicale, bref donnez à voir, sentir, goûter, entendre, toucher... Le lieu aussi est important : une pièce agréable, ou comme nous l’avons vu dans un endroit « chargé » le grand magasin de jouet de notre exemple précédent, un monument historique, un parc... On peut aussi faire un brainstorming sur la nappe en papier d’un bon restaurant... Mais ce n’est pas tout... Rajoutez... l’imprévisible ! Un ballon qui sert à se passer la parole ou des masques symboliques par exemple de Diable pour en devenir l’avocat ou encore un gros casse-tête dont les pièces doivent s’emboîter... Toutes choses qui stimulent l’imaginaire et incitent à sortir du cadre. « Le problème, ce n’est pas de trouver des idées neuves, c’est de se débarrasser des idées reçues », disait Paul Watzlawicks.

Ingrédient #4 : les règles.

Autant vous serez permissifs sur les idées produites, autant vous serez inflexibles sur les quelques règles suivantes :

  1. Chercher la quantité, pas la qualité (on verra plus tard)
  2. Il est interdit d’interdire : aucune critique ne sera tolérée (pas de « non »)
  3. Le bizarre est le bienvenu
  4. Transformer les idées des autres (pas de « oui, mais », que des « oui, et »)
  5. Éviter toute modération (pas d’auto-censure)
Page précédente Page suivante
Retour à Animer et développer un réseau Haut de page
 




Bons plans



Annuaire des réseaux