Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

À plusieurs on est meilleurs, même entre concurrents !


>>
>>
  SOMMAIRE
Se grouper pour rester compétitifs
Comment dépasser les rivalités pour collaborer ?
Conseil d'animatrice

Comment sont-ils parvenus à dépasser leurs rivalités  pour collaborer ?

La prise de conscience a été collective. « Très vite, rapporte Coralie Outreville, animatrice du PICF Cœur de France, les membres se rendent compte qu’au-delà de la concurrence locale, le véritable danger est mondial. »
De plus, lorsqu’ils examinent ensemble des appels d’offre, ils s’aperçoivent qu’ils peuvent coordonner leurs actions, l’un propose une pièce, l’autre tel type d’usinage, etc.

Pour créer un fonctionnement intéressant et équitable pour tous les membres, ils instaurent le cadre d’échanges suivant :

1. Des principes et règles concises

  • Une confiance établie sur des règles communes

Lors des premières rencontres, Coralie Outreville met volontairement le sujet sensible sur la table : «  Qu’est-ce qui vous fait peur dans ce groupement ? Que peut-on faire pour éviter que la concurrence soit un frein ? ».
La réponse est immédiate : les membres décident de créer une charte commune, dont le non respect entraîne l’exclusion du membre.
Par exemple, ils s’accordent pour ne pas casser les marchés, «  les membres s’engagent à ne pas pratiquer une concurrence agressive ou déloyale (dumping…) » (Extrait de la Charte du PICF).

De même, pour leur GIE, les membres du club mettent en place un règlement spécifique :
pour chaque appel d’offre traité en commun, les membres choisissent un responsable, seul interlocuteur du client. À chaque nouvelle affaire, un nouveau responsable est désigné. Le président, responsable du groupement et de la prospection commerciale effectuée par le GIE, est réélu tous les deux ans et doit laisser sa place à un autre membre à l’issue de son mandat.
Ainsi les charges et les responsabilités sont-elles équitablement partagées dans le temps.

  • Un respect mutuel de l’activité de chacun inscrit dans la Charte
Échanger ne signifie pas tout se dire ! Au PICF, pas d’équivoque, « tout ce qui concerne le collectif doit être diffusé au sein du club, explique Coralie Outreville, par exemple si un membre repère un sous-traitant mauvais payeur, il en parle aux autres entrepreneurs. » En revanche, chaque entrepreneur est tout à fait libre ou non d’échanger sur sa propre entreprise, ses projets ou difficultés.

Extrait de la charte du PICF Cœur de France
Principes et valeurs énoncés (entre autres) :
- Discrétion, respect des engagements et notamment des règles de confidentialité
- Entraide, solidarité et réciprocité
- Loyauté envers le réseau (principe de priorité accordée aux participants dans la diffusion de l’information et la constitution des affaires).

  • Un recrutement rigoureux des nouveaux membres 

Chaque nouveau membre est invité à signer la Charte du Club. En cas de non respect, il est exclu.

Coralie Outreville se souvient ainsi « d’un membre qui à plusieurs reprises n’a pas communiqué des informations importantes pour les membres. Tout se sait rapidement et nous l’avons convoqué auprès du Conseil d’Administration. Pourtant il n’a pas tenu compte de l’avertissement. Il n’avait pas compris l’état d’esprit PICF. De lui-même, il a fait le choix de quitter le club. »

2. Des solutions immédiates à leurs problématiques

Ce sont les membres qui définissent les actions sur la base de leurs priorités et des opportunités. Systématiquement, ils cherchent des actions et solutions immédiatement utiles pour les membres. Ainsi, lorsque les entrepreneurs cherchent à mettre en place des missions d’affaires pour s’implanter dans des pays low-costs, immédiatement ils choisissent la Roumanie où un membre est déjà installé et pourra faire la courte échelle aux autres membres.

 

 
 




Bons plans



Annuaire des réseaux