Place des réseaux ITG
 
 
Comment déterminer les activités principales d’un réseau ?
Mise en ligne : Septembre 2021

Comment déterminer les activités principales d’un réseau ?


Un réseau ne se limite pas à rassembler différents membres, en physique ou à distance. Il est essentiel de donner vie au réseau en proposant des activités utiles et pertinentes aux différents membres. Vous souhaitez connaître les différents éléments permettant de définir le périmètre d’action et les activités d’un réseau ? Notre article détaille, pour vous, tous les points à intégrer dans votre réflexion.

La constitution et l’animation d’un réseau

La constitution et l’animation d’un réseau se construisent en trois étapes d’importance variable. Ces trois niveaux de mise en route d’un réseau sont essentiels à intégrer pour éviter les mauvaises prises de décisions.

1. Définir la raison d’être d’un réseau

Un réseau se caractérise par sa capacité à regrouper des individus, des associations, des entreprises ou des représentants de l’État autour d’un même objectif . La définition de la raison d’être d’un réseau est fondamentale pour garantir sa pérennité dans le temps.


La raison d’être ne va pas être rappelée à chaque réunion mais doit faire partie de l’inconscient de chaque membre. Elle doit devenir une évidence qui permet la construction d’une culture commune et d’une identité de groupe.

2. Déterminer les projets

Cette seconde étape est, hiérarchiquement, d’un niveau inférieur à la première. En effet, les projets vont directement découler de la raison d’être . Là où la raison d’être reste théorique, les projets vont constituer l'aspect pratique et concret. On ne mobilise pas, dans le temps, des membres d’un réseau sur une aspiration, aussi pertinente soit-elle.


Par ailleurs, il est parfaitement possible d’ouvrir au maximum la définition des différents projets d’un réseau aux membres actifs. Ces derniers vont participer à la réflexion et, par ce moyen, être davantage impliqués dans la mise en œuvre des projets . Il s’agit donc de laisser aux membres mener les projets qu’ils souhaitent mener afin de consolider leur enthousiasme et leur motivation.


Il convient de souligner que la structuration d’un réseau en projets est particulièrement utile pour le recrutement de nouveaux membres. En effet, les gestionnaires d’un réseau peuvent présenter aux nouveaux tous les projets menés par le groupe et les laisser choisir en fonction de leurs affinités. Les bilans de chaque projet permettent aussi de montrer tout ce qui est réalisé et rassurent les nouveaux membres sur le dynamisme d’un groupe .


Toutefois, les membres qui participent à l’élaboration des projets doivent maîtriser et assimiler tous les tenants et les aboutissants de la raison d’être d’un réseau. Leur liberté de proposition doit pleinement s’inscrire dans ce cadre-là.

3. Penser des activités dynamisantes

Enfin, une fois que les gestionnaires d’un réseau ont déterminé la raison d’être et les projets à mener, il faut passer à la troisième étape. Les différentes activités vont représenter des points d’étape fondamentaux permettant aux projets d’avancer.


En d’autres termes, pour s’inscrire dans sa raison d’être, un réseau doit autant penser le fond (les projets) que la forme (les activités).


Il existe plusieurs moyens de rendre la réalisation de projets agréables et enthousiasmantes, comme nous allons le voir plus bas.

Quelles activités mener dans un réseau ?

Pour donner un dynamisme à un réseau, leurs gestionnaires peuvent décider d’organiser une multiplicité d’activités, d’actions ou d’événements. Toutefois, la règle d’or consiste à conditionner ces activités à la raison d’être principale du réseau en question. Tour d’horizon des activités possibles et des points à prendre en considération.

Le jeu

Il ne s’agit pas, dans ce contexte, de proposer des animations conviviales qui auraient pour unique but de divertir. L’introduction du jeu doit avoir comme finalité première de générer de la confiance entre les membres d’un même réseau.


Par ce biais, la confiance va favoriser les échanges, les partages de bonnes pratiques et les formes d’entraides. En d’autres termes, le jeu peut être le point de départ pour atteindre la finalité première d’un réseau : mettre en commun des énergies pour atteindre un objectif individuel et collectif.


Par ailleurs, par le jeu, les membres ne vont seulement venir dans un groupe pour répondre à un besoin. Ils vont également venir pour voir et discuter avec d’autres membres dont ils partagent des centres d’intérêt.

Les activités culturelles

Autre point particulièrement utile pour souder le groupe d’un réseau : la réalisation d’ activités extérieures en commun. Afin de rendre l’activité agréable, certains gestionnaires de réseau s’appuient sur leurs membres pour trouver des idées.


Ainsi, le réseau va organiser des visites de tel ou tel lieu où un membre est salarié, administrateur ou mécène. Ces activités culturelles vont permettre à chaque membre de s’impliquer en se basant sur leurs propres réseaux professionnels. Chacun apprend à mieux connaître les membres qui organisent ce type d’activités. Les liens deviennent plus forts et chacun s'intéresse davantage à l’autre.


Ces moments conviviaux favorisent, comme le jeu, la constitution d’un vrai réseau d’amitié à l’intérieur du groupe.

Les ateliers participatifs

Plutôt que de privilégier des réunions au format classique et dont l’animation peut démotiver, à terme, les membres, il est possible d’opter pour des formats plus dynamiques. Ainsi, les gestionnaires d’un réseau peuvent décider d’organiser, plus ou régulièrement, des ateliers participatifs .


Ces temps de participation ont pour vocation première de favoriser les prises de parole . Chacun doit être en mesure de devenir force de proposition afin de pleinement participer à la stratégie globale.


Lorsque ces événements sont bien organisés, ils permettent d’atteindre plusieurs objectifs :

  • la consolidation du groupe par l’intelligence collective ;
  • l’appropriation de la raison d’être d’un réseau par ses membres ;
  • le sentiment d’être considéré et écouté auprès des autres membres ;
  • la remobilisation des membres autour d’une vision partagée.


Ainsi, plusieurs sujets peuvent être traités facilement dans un atelier participatif . La stratégie de communication, le processus de recrutement de nouveaux membres ou encore la rédaction de la charte d’engagement entrent parfaitement dans ce cadre.


Toutefois, comme pour l’ensemble des activités menées, la clé du succès réside dans une préparation optimale en amont. Au terme de chaque activité, le réseau doit en sortir consolidé, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas. Malgré l'aspect convivial de ces événements, l’ organisation doit être sans faille pour atteindre les objectifs ciblés.


Retour à Animer et développer un réseau Haut de page
 




Bons plans



Annuaire des réseaux