Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

Cycle de vie d’un réseau :
Étape 2 : comment gérer le décollage de votre réseau

Mise en ligne : Novembre 2009
Partagez cet article :
Partager cet article avec mon réseau professionnel sur VIADEO sur VIADEO

>>
>>

Lancement du réseau : les 4 enjeux clés du décollage

Enjeu 3 : Adapter le concept aux réalités du terrain

Dès les premières réunions, la mise en œuvre sur le terrain met en question les décisions initiales.

Exemple :
Vous créez un club de freelances réunis pour grouper leurs achats d’équipements et de fournitures. Mais vous vous apercevez que faute de pratique collective, de coordination et de méthode, les membres ne parviennent pas à atteindre leurs objectifs rapidement.

À vous de proposer de s’accorder sur un planning commun et un process :
1. Création de listes d’équipements individuelles,
2. Mise en commun,
3. Définition des priorités et établissement d’une liste collective,
4. Répartition des rôles : achats, gestion des comptes, des stocks, etc
5. Débriefing pour tirer les enseignements de l’expérience.

La mise en œuvre d’un nouveau process permet aux membres d’apprendre à se connaître et à travailler ensemble. Pour Laurent Poisson, le créateur de réseau doit être capable de se remettre en question et de faire évoluer sa vision : « s’il n’accepte pas certains changements, les membres se sentiront rapidement découragés, voire mis à l’écart. »

Rôle de l’animateur : co-producteur, facilitateur
Il est attentif à tous les détails, analyse toutes les informations renvoyées par les membres et propose des adaptations jusqu’à ce que le groupe soit productif.

Enjeu n°4 : Ne pas transiger sur l’objectif commun

Adapter ne signifie pas tout bousculer. Si l’objectif premier qui a réuni les membres n’est plus réalisé, les membres n’auront plus aucun intérêt à s’investir. « À chaque difficulté, l’animateur, le créateur de réseau ou le collectif fondateur doit évaluer la nécessité de modifier l’objectif de départ ou de proposer de simples ajustements d’organisation. »

Dans le cas du club de freelances, si la démarche d’achat groupé n’est pas un élément fédérateur suffisant, le créateur pourra par exemple proposer d’y adjoindre, avec l’accord des membres, de nouveaux objectifs : se recommander mutuellement, rompre la solitude avec du partage d’expérience, etc…

Rôle de l’animateur : garant de la règle et fédérateur des résultats
C’est la tête de réseau qui prend les décisions mais pour aider à la décision, il met en place dès les premiers temps des outils d’évaluation de l’activité :

• Évaluation qualitative :
- Enquête de satisfaction des membres et des clients quand le réseau a une vocation commerciale,
- Analyse des attentes, des besoins,
- Prospective sur les évolutions souhaitables.

• Évaluation quantitative :
Créez un indicateur chiffré des résultats selon les types de réseaux :
- Total des économies réalisées,
- Chiffre d’affaires du réseau, indicateurs des recettes, dépenses, marge,
- Nombre et types de bonnes pratiques partagées,
- Taux de business additionnel apporté à chaque membre par le réseau,
- Etc.

Progressivement, le réseau trouve son équilibre : chaque membre connaît son champ d’action au sein du groupe et prend son rôle. Le rythme de réunions, le programme d’actions et les outils d’évaluation sont en place. Si le réseau compte se développer, tout est prêt pour une croissance rapide. Dans le cas contraire, le groupe de départ est prêt à entamer des projets d’envergures : créations de services ou produits communs, lobbying auprès d’élus pour favoriser un bassin d’emploi… bref, le réseau est capable d’assumer un passage à la vitesse supérieure !

À retrouver sur Place des réseaux, les conseils de Laurent Poisson à tous les cycles de vie d’un réseau. Le mois prochain : croissance du réseau, les enjeux.

[ En savoir + ]

- Quel est le cycle de vie d’un réseau ?
- Étape 1 : comment bien le concevoir


 




Bons plans



Annuaire des réseaux