Place des réseaux avecBouygues TelecomVerisign
 
 

Comment faire des Clubs de dirigeants les alliés de votre business ?


Rompre l’isolement du chef d’entreprise, partager les bonnes pratiques : voici les objectifs affichés des clubs d’entreprises. Mais ils offrent également à leurs membres des occasions privilégiées pour développer du business entre eux.
Sandra Legrand a su s’investir dans de nombreux clubs pour créer un réseau de contacts autour de son entreprise, Canal CE. Elle nous donne ses conseils sur l'état d'esprit et la bonne conduite à adopter au sein de ces réseaux. Retour d’expérience.

>>
>>

Ses 6 conseils pour réussir grâce aux clubs de dirigeants :

1) Patience
Pour Sandra Legrand, un réseau ne se construit pas en quelques semaines. Il faut apprendre à se connaître avant de penser au business, « ça ne sert à rien de venir avec 200 cartes de visite et de les donner à tout le monde tant que les relations ne sont pas initiées. » Aussi ne donne-t-elle pas systématiquement ses cartes de visite dès les premiers contacts. Il faut avant tout avoir un échange personnel pour apprécier l’intérêt mutuel et le cas échéant établir un lien. Membre de plusieurs clubs, elle rencontre souvent plusieurs fois les mêmes contacts, ce qui lui permet d’accélérer la prise de contact.


2) Plaisir
Comment s’investir réellement si l’envie n’est pas là ? Difficile, selon Sandra Legrand de tirer parti des clubs si l’on n’aime pas aller vers les autres.
Pour les introvertis, Sandra Legrand recommande deux tactiques :

1. Demandez aux animateurs de vous présenter à quelques membres pour faciliter les prises de contacts initiales.
2. Plus radical : si cela vous coûte trop, déléguez à un membre de votre équipe plus extraverti.


3) Générosité
Très investie dans les milieux de l’entrepreneuriat, Sandra Legrand accompagne des jeunes entreprises. Pour elle, travailler son réseau, c’est savoir donner du temps, des conseils, mettre des contacts en relation, sans en attendre de retombées immédiates. Enfin, les membres de clubs n’aiment guère les réseauteurs rapaces. Il ne fait pas bon arriver à la fin d’un petit-déjeuner « pour récupérer le maximum de contacts et partir sans rien donner en retour ! ».
Elle n’hésite pas à initier les échanges et être la première à donner : « Il faut bien que quelqu’un commence ! ».


4) Disponibilité
Participer à un club de dirigeants est un véritable investissement, en temps et en énergie. Entre les petits-déjeuners, les dîners, les cocktails et conférences, mieux vaut être bien organisé. Sandra Legrand estime consacrer à ses réseaux près de 15 % de son temps de travail et 15 % de son temps de loisir. Il lui arrive souvent de rentrer chez elle voir ses enfants et filer assister à une réunion dès qu’ils sont couchés !


5) Énergie et sourire
Son credo : le sourire. Il est le baromètre de votre entreprise explique-t-elle : « Il faut être de bonne humeur, souriante et pimpante, sans quoi on s’imagine vite que vous traversez une mauvaise passe. » Si elle est vraiment fatiguée, elle préfère alors ne pas se rendre aux rendez-vous, car dit-elle « se forcer à aller à un dîner, cela se voit et vous ne tirerez rien de positif de ce rendez-vous. »


6) Respect des engagements
C’est une règle d’or en réseau ! « les membres des clubs repèrent vite ceux qui ne tiennent pas leurs engagements et nouer des relations de business est alors bien plus difficile. »
Pour ne rien oublier ou laisser traîner, elle fait le point de ses engagements après chaque rencontre. Dans les 48H, elle transmet les informations, met les contacts en relation, fixe les rendez-vous qu’elle a proposés.
Enfin, par respect pour le travail des organisateurs des clubs, elle ne fait jamais faux bond à la dernière minute.

 




Bons plans

Annuaire des réseaux